Que savons-nous du KF-21, la réponse sud-coréenne au F-35 ?

Mardi, le KAI KF-21 Boramae, le tout nouveau chasseur de l’armée de l’air sud-coréenne, a effectué son premier vol d’essai. L’avion, développé en coopération avec l’Indonésie, devrait offrir une alternative moins coûteuse au F-35 américain de Lockheed Martin. Mais est-il aussi un concurrent digne de ce nom ?

Dès mars 2001, le président sud-coréen Kim Dae-jung a exprimé son désir que son pays développe son propre avion de combat moderne. A cette époque, l’armée de l’air sud-coréenne volait principalement avec des F-4 et des F-5 américains. Le premier est un biplace de 1958 qui peut être utilisé dans différents rôles, tant en combat aérien qu’en bombardement. Le second, le F-5 Tiger II est légèrement plus moderne, datant de 1972, et est plus simple d’emploi et moins cher que le F-4. L’avion est toutefois moins armé, et est utilisé comme un chasseur léger.

Pas 4, pas 5 mais 4,5

Ces avions, bien qu’ils aient prouvé leur utilité, étaient tout simplement trop vieux pour être maintenus en service beaucoup plus longtemps. Le KF-21 devait offrir une réponse à ce problème ;il s’agirait d’un chasseur furtif, avec la possibilité de passer sous les radar, et devait être plus performant que le F-16 américain et les Rafale et Eurofighter Typhoon des Européens.

Il était toutefois plus difficile de concurrencer l’ultra-moderne F-35 : la Corée du Sud n’a tout simplement pas les connaissances nécessaires pour concevoir et produire un avion aussi avancé. Le KF-21 est donc considéré comme un avion de génération 4.5 : meilleur que la 4ème génération à laquelle appartiennent les F-16 et le Rafale, mais pas aussi performant que le F-35 ou le Sukhoi Su-57 russe.

Premier envol

Pour aider à développer l’avion, la Corée du Sud a frappé à la porte de l’Indonésie. Le gouvernement sud-coréen détient 60 % des parts, l’Indonésie en obtient 20 % et les 20 % restants resteront entre les mains du fabricant. Korea Aerospace Industries pourrait mettre la main sur la production, mais collabore avec Lockheed Martin (le fabricant du F-35) pour un soutien technologique.

Le projet, qui a réellement démarré en 2015 et a coûté jusqu’à présent environ 6,7 milliards de dollars rien qu’en recherche et développement, semble désormais se diriger vers la phase finale. Lors du premier vol d’essai mardi, l’avion a décollé de l’aéroport de Sacheon, pour se poser après un vol de 30 minutes.

La mauvaise question

La question de savoir si le KF-21 peut rivaliser avec le F-35 est en fait une mauvaise question à poser. Les deux avions se situent dans la même zone en termes d’apparence : les deux modèles mesurent environ seize mètres de long et ont une envergure de onze mètres. L’Américain est cependant légèrement plus lourd que son homologue sud-coréen, et peut également transporter plus de poids (en bombes ou en missiles). Le KF-21 est cependant plus rapide : l’avion peut voler à une vitesse de Mach 1,81 (1,81 fois la vitesse du son), alors que le F-35 n’atteint que Mach 1,6.

Similaire, mais différents

Les deux avions disposent de 10 points d’attache pour des bombes ou des missiles, et peuvent utiliser globalement les mêmes munitions. En outre, chacun d’entre eux dispose d’un canon automatique de 20 mm dans le nez. La principale différence réside dans la capacité à voler de manière furtive : le F-35 peut transporter quatre missiles en interne, ce qui lui permet (si les projectiles ne sont pas fixés sous ses ailes) de rester bien plus difficile à détecter. Le KF-21 ne dispose cependant pas de cette option, les dix points de fixation se trouvant à l’extérieur de l’avion lui-même : six sous les ailes et quatre sous le fuselage. Toutefois, il est possible qu’une version ultérieure, plus développée, dispose de compartiments internes pour les missiles.

Malgré les similitudes, la Corée du Sud n’a pas l’intention d’opposer les deux. Au contraire, le pays a récemment acheté 40 F-35 aux États-Unis, et les premiers exemplaires ont été livrés au début de cette année. La Corée du Sud étant l’un des proches partenaires des États-Unis en Asie, les deux pays collaborent étroitement dans le domaine de l’armement, et les États-Unis ont tout intérêt à ce que les pilotes sud-coréens soient formés au matériel américain. Ainsi, le KF-21 semble devenir un outil supplémentaire dans l’armurerie de l’aviation sud-coréenne, où l’appareil national sera positionné à côté du F-35 américain.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20