Où est l’armée de l’air russe ?

Deux semaines après le début de « l’opération militaire spéciale », les forces aériennes russes sont à peine détectables dans l’espace aérien ukrainien. Cependant, les Russes disposent d’un nombre relativement important d’avions neufs. Que se passe-t-il ?

L’armée de l’air russe a subi une transformation au cours des dernières années. De nombreux avions plus anciens ont été remplacés par des Mikoyan MiG et des Sukhoi flambant neufs, dont les derniers modèles datent même de 2019 et 2020.

On estime que l’armée russe peut compter sur quelque 1.500 avions de combat, adaptés aux bombardements, aux attaques à la roquette et aux combats dans le ciel. Quelque 300 à 350 d’entre eux ont été repérés à la frontière ukrainienne dans les jours, semaines et mois qui ont précédé l’invasion russe.

L’invasion a commencé de manière assez traditionnelle pour une guerre contemporaine. Les missiles de croisière et les missiles balistiques ont détruit des cibles au sol, principalement des infrastructures militaires et des aérodromes. Le but ? Aveugler et paralyser la force aérienne ukrainienne afin qu’il n’y ait pas trop de résistance dans les airs. Les États-Unis ont utilisé la même stratégie à plusieurs reprises après la guerre froide.

Si on suit l’Histoire militaire, depuis 1938, ces bombardements devraient être suivis de frappes aériennes, avec des Sukhoi Su-34 et Su-30 russes, avec des missiles guidés et non guidés, aplatissant complètement l’infrastructure militaire ukrainienne. Les Su-35 et les Su-30, avions multi-rôles, pourraient alors éliminer une à une les forces terrestres restantes.

Étrange mais vrai, cette mesure n’a pas été prise.

Les SU-25 lors d’un exercice, en février. crédit: Isopix

Cela a, deux semaines après l’invasion, de mauvaises conséquences pour la Russie. L’armée de l’air ukrainienne a soudainement eu l’occasion de voler à nouveau. Les avions ukrainiens sont régulièrement impliqués dans l’abattage d’avions (les rares qui s’aventuraient au-dessus du sol ukrainien) et d’hélicoptères russes, et ils sont régulièrement aidés par des missiles anti-aériens, tels que les Stingers.

Les convois russes qui, au cours de leur voyage vers Kiev, entre autres, se sont rendus hors de portée de leur propre défense aérienne, ont également été victimes d’attaques aériennes ukrainiennes. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les drones turcs Bayraktar TB2 ont un tel succès en tant que « tueurs de chars ». La raison pour laquelle la Russie n’envoie pas son armée de l’air n’est pas claire. Cependant, il y a quelques théories possibles en jeu.

1. Pas de dommages collatéraux

Dans les premiers jours de l’invasion, la Russie a semblé quelque peu prudente : elle n’a visé que des cibles militaires, et a été assez prudente avec les cibles civiles et les bombardements à grande échelle. L’armée de l’air n’aurait pas été adaptée, car il est assez difficile de tirer avec précision (sauf pour les missiles guidés). Mais vec les bombardements d’artillerie sur Kharkov, Mariupol et Kiev, entre autres, cette stratégie, et avec elle cet argument, a disparu comme neige au soleil.

2. Peu d’expérience

Un pilote russe effectue en moyenne 100 à 120 heures de vol par an. Il est connu que les pilotes d’avions de transport ou d’hélicoptères passent plus de temps à s’entraîner, donc la moyenne pour un pilote de chasse est probablement inférieure à 100 heures.

En comparaison, les pilotes de la Royal Air Force britannique et de l’United States Air Force passent 180 à 240 heures dans les airs chaque année. À cela s’ajoutent de nombreuses heures passées dans des simulateurs de vol. Ces pilotes se plaignent même d’un manque d’expérience, donc le manque d’expérience, côté russe, est d’autant plus marqué. En outre, plusieurs avions, tels que les Sukhoi Su-27, Su-30 et Su-35 et les Mikoyan MiG-29 – la Russie dispose au total d’environ 650 de ces appareils – sont multidéployables. Cela nécessite en principe encore plus d’heures de vol afin que les pilotes puissent s’entraîner dans toutes les disciplines.

3. Pas assez de munitions de précision

La Russie est confrontée à une pénurie de PGM, des precision-guided munitions. Ils sont principalement utilisés par le Su-34 et sont guidés vers leur cible après le tir. En Syrie, les Su-34 russes en faisaient un usage intensif, mais ils sont aussi régulièrement équipés de munitions et de missiles ordinaires non guidés.

Le stock de platinoïdes était déjà limité, mais la guerre en Syrie a entamé les réserves. En conséquence, la plupart des 300 jets russes autour de l’Ukraine n’ont pas les bonnes munitions en stock. De plus, les pilotes ont également peu d’expérience avec ces munitions, car ils n’y en a pas assez pour effectuer des exercices de tir réguliers.

4. Argent

Les avions de chasse coûtent cher. La dernière version du Sukhoi Su-57, dont la Russie possède trois exemplaires et en a commandé 71 autres, coûte environ 100 millions de dollars pièce. Il va sans dire que la Russie préfère ne pas risquer des jets coûteux. Cependant, le déploiement massif (et la perte) de chars, de voitures blindées, d’artillerie, de troupes et de parachutistes d’élite et de forces spéciales n’est pas beaucoup moins cher.

En raison des sanctions économiques imposées à la Russie ces derniers mois, le pays doit bien sûr faire preuve d’une certaine prudence en ce qui concerne la perte d’avions de combat (et de capitaux), mais sacrifier des soldats et des chars en échange n’a guère de sens.

5. La vraie raison

L’armée de l’air russe ne dispose tout simplement pas des capacités de planification nécessaires pour mener à bien une opération de cette envergure. Les pilotes manquent d’expérience, l’armée de l’air en tant qu’institution n’a pratiquement aucune expérience des opérations à grande échelle, la coordination entre les différentes unités de l’armée en Russie laisse beaucoup à désirer.

Ces dernières années, l’armée de l’air russe a pu acquérir une certaine expérience de la guerre, en Syrie. Là-bas, cependant, les pilotes de chasse combattaient principalement en petits groupes, souvent avec un maximum de quatre apareils. Ici, avec une combinaison de différents types d’avions, ce genre de conditions ne sont remplies que lors de spectacles aériens et de défilés nationaux.

L’argument 2 (ci-dessus) joue certainement aussi un rôle important. La force aérienne de l’OTAN s’entraîne deux fois plus dans les airs et dispose également des meilleurs simulateurs de vol. Les pilotes de la RAF et de l’USAF s’entraînent également à voler dans des conditions difficiles et à tirer sur des cibles au sol et dans les airs. À cet égard, ils dépassent largement l’armée de l’air russe, qui est principalement formée à la navigation et occasionnellement au tir.

Enfin, les Russes sont surpris en Ukraine. Ils s’attendaient à une guerre éclair simple et rapide, où l’air leur appartiendrait immédiatement après les premiers pas sur le sol ukrainien. Les héroïques Ukrainiens, qui, soutenus par les missiles anti-aériens Stinger occidentaux, sont entrés dans la mêlée ont fait échouer la Russie. Plus elle hésite et retient ses forces aériennes, plus l’aide occidentale arrive en Ukraine, rendant la conquête de son espace aérien plus difficile de jour en jour.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20