« La Belgique a les atouts pour mener la révolution crypto, mais pas l’ambition »

La réalité du terrain entrepreneurial ? Les investissements, les start-up et les talents ne manquent pas en Belgique. Mais la bureaucratie et l’attentisme politique minimisent l’impact de l’écosystème belge, craint le patron de la fintech bruxelloise Keyrock, étoile montante de la crypto.

« Nous avons eu la drôle idée de créer notre société de trading algorithmique de cryptomonnaies à Bruxelles, centre financier mondial reconnu s’il en est », a ironisé Kevin de Patoul, cofondateur et CEO de Keyrock au moment de témoigner des défis rencontrés par son atypique start-up.

Intervenant dans le cadre de la Brussels Blockchain Conference (lire la description de l’événement ci-dessous), cet ingénieur commercial de formation spécialisé dans les marchés financiers a partagé avec l’assemblée l’enthousiasme qu’il nourrit pour les technologies décentralisées depuis 2014.

Mais Kevin de Patoul a surtout amené un point de vue très concret sur le lancement en Belgique et même en Europe d’une entreprise tournée vers les actifs numériques. C’est que la jeune fintech belge a été confrontée à certains obstacles, tantôt liés à son activité dans les cryptos, tantôt liés à la finance en général ou encore liés au simple fait de créer une nouvelle entreprise.

L’abondance des financements privés

La première expérience partagée par l’entrepreneur crypto bruxellois s’est montrée assez positive, elle portait sur le financement privé en Belgique pour les boîtes qui se lancent.

« Ce qu’on constate c’est que le venture capital est abondamment disponible, surtout au stade de développement plus précoce, avec des levées de fonds qui vont de deux à quatre millions d’euros », a détaillé le boss de Keyrock, reconnaissant l’existence malgré tout d’une certaine limite belge pour des levées plus importantes. Auquel cas mieux vaut passer au niveau européen.

« Ce qui n’est pas du tout un problème », a-t-il souligné, « notre série A (le premier vrai tour de table réalisé en dehors de l’entourage proche des fondateurs, des business angels et des premiers fonds institutionnels, ndla) s’est faite avec un fonds suisse et un fonds luxembourgeois, ce n’est pas du tout un facteur limitant d’être basé à Bruxelles. »

Ajoutons à cela l’émergence de fonds d’investissement dédiés à la blockchain, à l’instar de Noia Capital qui soutenait cette première conférence bruxelloise.

La lenteur de l’administration publique

Pour ce qui relève de l’investissement public par contre, l’avis de Kevin de Patoul est ressorti un peu plus « nuancé ». Si les possibilités semblent aussi abondantes, les subsides et autres financements publics restent difficilement accessibles et surtout très lents.

« À chaque couche de l’oignon institutionnel belge, il y a des offres de financements publics, ce qui finalement rend l’ensemble de l’offre très peu lisible. Si je suis basé à Bruxelles, c’est assez compliqué de vraiment savoir à quoi l’entreprise peut prétendre », a assuré le CEO de la fintech Keyrock.

D’un point de vue administratif, l’approche d’un investissement public s’avère de toute évidence très différente de celle pour un financement privé. Mais, manifestement, le procédé se distingue par sa lourdeur.

« L’approche publique est, selon moi, trop lente pour correspondre aux start-up. Rendre des rapports financiers prévisionnels à cinq ans, on peut le faire, ça ne veut rien dire, mais si le financement, nous l’obtenons que dans un an, c’est trop tard », a-t-il regretté.

Un business évité par défaut ?

Conscient de la particularité du secteur choisi pour entreprendre, le cofondateur de Keyrock a confirmé s’il le fallait encore que le trading de cryptomonnaies n’avait pas bonne réputation au niveau de l’investissement public en Belgique.

« Nous avons passé pléthore de tests et rendu autant de rapports démontrant notre solution innovante pour l’approbation d’un subside qui nous aurait beaucoup aidé. Jusqu’à ce que subside soit annulé pour des raisons politiques, prétextant que le côté financer/trading n’intéressait plus », s’est remémoré Kevin de Patoul, pour donner un exemple des stigmates de son industrie à Bruxelles et plus largement en Belgique.

Cette frilosité se retrouve d’ailleurs au niveau de la réglementation belge, malgré l’intérêt et la connaissance fine du marché crypto tant du côté de l’autorité financière, FSMA, que de la Banque nationale de Belgique. Mais de la théorie à la pratique, ça coince.

« Il y a un manque de volonté en Belgique d’avancer plus vite que l’Europe. En sachant que la machine européenne est elle-même lente comparée au rythme d’innovation qu’on voit sur les marchés. C’est peut-être le biais d’un entrepreneur mais on aimerait que ça aille plus vite », a insisté le CEO de Keyrock, tout en se montrant compréhensif puisque l’ensemble du marché des capitaux est en train de se redessiner complètement.

En conclusion, la Belgique ne manque pas d’atouts mais plutôt d’ambition. Notre petit pays peut devenir rapidement un centre d’innovation, comme la place luxembourgeoise l’a fait par le passé en matière de finances. Encore faut-il le vouloir.

« Par la définition de cette ambition, nous pourrons participer cette révolution », a ponctué Kevin de Patoul.

Unir décideurs politiques et entrepreneurs autour de la blockchain

Convaincus d’être « à l’aube d’une révolution du même ordre que ce qu’on a connu avec Internet il y a 30 ans », Raoul Ullens, entrepreneur qui a récemment rejoint le fonds de capital-risque luxembourgeois dédié à la crypto Noia Capital, et Christophe De Beukelaer, entrepreneur et député bruxellois cdH, ont lancé la « Brussels Blockchain Conference » première du nom.

« On pense que c’est notre rôle d’homme politique et d’entrepreneur engagé de conscientiser les dirigeants sur ces changements sociétaux qui arrivent. On ne peut plus rester dans l’ignorance de ce nouveau monde! C’est un peu comme s’accrocher à la calèche ou à la bougie alors qu’apparaissent les voitures et les ampoules électriques. L’adoption va être exponentielle », affirment en choeur les deux organisateurs.

Lire aussi:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20