Jeff Bezos considère Greta Thunberg comme une menace pour ses activités

Greta Thunberg lors de sa participation à l’une des marches pour le climat organisées à Bruxelles. (Isopix)

Comme tout bon commercial, le CEO d’Amazon, Jeff Bezos surveille les entreprises et organisations qui pourraient nuire à ses affaires. Et parmi elles, se trouvent des organisations de lutte contre les changements climatiques, dont le mouvement international Friday for Future, mené par Greta Thunberg.

Depuis un an, Jeff Bezos tente de montrer son soutien aux défenseurs du climat. Il a notamment promis que son entreprise serait neutre en carbone d’ici 2040. Il a aussi créé un fonds pour le climat pour aider des associations climatiques. Mais dans l’ombre, le géant Amazon surveille de près certaines organisations climatiques. Selon un document du Global Security Operations Center que Vice a pu consulter, les organisations Extinction Rebellion, Greenpeace et Friday for Future de Greta Thunberg sont considérées comme menace pour les affaires d’Amazon.

Il est vrai qu’Extinction Rebellion est bien connue pour organiser des actions flashs de désobéissance civile afin de faire entendre leur voix. Greenpeace est également une importante association dont l’avis est très écouté dans le monde. Le mouvement Friday for Future est lui principalement composé de jeunes, qui manifestent pacifiquement le vendredi pour demander plus de reconnaissance pour la crise climatique.

Réponses

Greta Thunberg, instigatrice du mouvement, a rapidement réagi à cette révélation. Sur Twitter, elle écrit : ‘En toute honnêteté, Amazon, si vous considérez les écoliers qui se battent pour le droit à un avenir sûr comme une « menace pour votre entreprise », vous devez sérieusement reconsidérer vos priorités’.

Le rapport précise que l’influence du mouvement augmentait chez ‘les jeunes et les adolescents’. Amazon pourrait en effet craindre que ces futurs consommateurs se détournent d’Amazon. Toutefois, ce n’est pas la réponse proposée par l’entreprise. Son porte-parole explique : ‘Comme la plupart des entreprises, nous avons une équipe d’analystes qui aident à se préparer à des événements externes tels que […] les grands rassemblements communautaires […] qui pourraient perturber le trafic ou affecter la sûreté et la sécurité de nos bâtiments et des personnes qui y travaillent.’

Dans tous les cas, ce document entache la nouvelle éthique écologiste sur laquelle Amazon et Jeff Bezos essayent de communiquer depuis un an. Le 17 novembre, son CEO annonçait avoir fait un don de 791 millions de dollars à 16 organisations climatiques grâce au ‘Bezos Earth Fund’. Évidemment, Extinction Rebellion, Greenpeace et Friday for Future ne faisaient pas partie des bénéficiaires.