L’Iran obtiendra-t-il des avions de chasse russes en échange de drones ?

Le partenariat entre la Russie et l’Iran prend forme : l’Iran souhaite désormais acheter 24 avions de combat Sukhoi Su-35.

Pourquoi est-ce important ?

L'Iran est l'un des rares pays qui ose fournir des équipements militaires à la Russie. Toutefois, l'accord n'est pas unilatéral : la Russie paie les équipements de guerre qui lui sont fournis et proposerait même à présent ses propres équipements au pays du Moyen-Orient.

Dans l’actu : des essaims de drones suicide pour certains avions de chasse : l’Iran et la Russie semblent mettre en place un accord d’échange.

  • Ces derniers mois, l’Iran a déjà vendu des centaines de drones Shahed-136 à la Russie. Ces drones sont tirés depuis le sol en direction de leur cible ; ils explosent avec leur charge dès qu’ils l’atteignent.
  • Les drones sont utilisés par la Russie pour semer la terreur en Ukraine : les drones sont tirés sur des centrales électriques et des villes pour s’assurer que ces endroits soient privés d’électricité. Cela devrait entamer le moral des citoyens ukrainiens, ce qui pourrait conduire à des protestations violentes contre la guerre, et éventuellement pousser à une paix négociée.
  • Ces drones ne sont pas gratuits, bien sûr : le 20 août, un avion de transport russe s’est envolé vers Téhéran, transportant 140 millions d’euros en espèces, ainsi que des missiles antichars britanniques NLAW et des missiles antiaériens américains Stinger et Javelin. Ils ont été capturés par l’armée russe en Ukraine – les armes avaient été données à ce pays. La Russie en a fait don à l’Iran, qui peut démonter et analyser les armes pour en savoir plus sur le matériel lui-même et utiliser la technologie pour développer ses propres armes.
  • Aujourd’hui, l’accord semble avoir rapproché les deux pays : l’Iran est depuis longtemps demandeur d’avions de combat modernes. L’armée de l’air iranienne s’appuie toujours principalement sur des avions américains plus anciens, tels que le F-5 et le F-14 Tomcat, complétés par certains de leurs propres perfectionnements. La Russie, elle aussi, a déjà fourni certains avions de combat, tels que le MiG-29 et le Sukhoi Su-22. En cas de guerre au Moyen-Orient, l’armée de l’air iranienne n’est tout simplement pas de taille à affronter des adversaires potentiels tels que l’Arabie saoudite et les États-Unis.

L’essentiel : le Su-35 est l’un des avions de combat les plus modernes du moment, et l’Iran pourrait bientôt en avoir 24 à sa disposition.

  • Selon les services de renseignement occidentaux, l’Iran pourrait bientôt prendre livraison de 24 Sukhoi Su-35 Flanker, soit un escadron complet. Ces avions sont flambants neufs : ils ont été construits pour l’armée de l’air égyptienne, qui disposait de 2 milliards de dollars pour les acquérir, mais qui n’a finalement pas signé l’accord. Selon l’agence israélienne i24 News, l’Iran se propose désormais comme acheteur.
  • Un écho similaire peut aux États-Unis : des sources au sein de l’administration du président Joe Biden ont déclaré à EurAsian Times que l’Iran formait déjà des pilotes pour utiliser ces avions de combat. « Ce partenariat constitue une menace non seulement pour l’Ukraine, mais aussi pour les voisins de l’Iran dans la région. Nous avons partagé les informations dont nous disposons avec nos alliés au Moyen-Orient et dans le monde entier » explique une source haut placée aux journalistes.
  • Si l’achat iranien de Su-35 pourrait bien remettre en question l’équilibre des forces au Moyen-Orient, il semble peu probable que cette initiative le perturbe réellement. Paul Iddon, un expert militaire qui se concentre sur le Moyen-Orient, écrit sur le site d’affaires Forbes : « L’armée de l’air iranienne a besoin d’au moins 60 avions de 4 ou 5ème génération (des chasseurs des années 1990 ou plus tard équipés d’électronique et de radars de pointe, NDLR) pour remplacer ses avions les plus avancés, les F-14 Tomcat et les Mig-29 Fulcrum. »

RVW

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20