À quoi ressemblera l’humanité dans plusieurs centaines de milliers d’années ?

Nous ne savons pas de quoi l’avenir sera fait. Plusieurs scénarios quant à la survie de l’humanité sont possibles. Il se pourrait d’ailleurs, pour diverses raisons, que nous disparaissions dans les siècles à venir. Il existe tout de même une chance que notre espèce traverse les âges, mais cela ne se fera pas sans évolution. Si nous parvenons à survivre plusieurs centaines de milliers d’années, en quoi serons-nous différents d’aujourd’hui ?

Les espèces sont transitoires. Elles évoluent, se ramifient ou disparaissent avec le temps, en raison de mutations aléatoires ou de changements environnementaux. Leur longévité diffère énormément et dépend de divers facteurs, mais certaines espèces peuvent traverser les âges et pourquoi pas passer le cap du million d’années d’existence.

L’homme moderne, appelé Homo sapiens, parcourt les terres depuis environ 300.000 ans et a déjà énormément évolué au cours de son existence. On peut donc s’attendre à ce qu’il fasse de même au cours des 700.000 prochaines années – encore faut-il qu’il survive.

L’Homme de demain, cet extraterrestre

Certains s’accordent à croire que l’évolution qu’a connu l’humanité ces derniers millénaires se poursuivra de la même manière dans les siècles à venir, avec notre boîte crânienne qui continuera de se développer. Dans plusieurs centaines de milliers d’années, l’homme pourrait ainsi ressembler à l’image que l’on se fait des extraterrestres ; soit une créature avec un énorme cerveau et un corps tout frêle.

À moins que, comme d’autres espèces, l’humanité finisse par se diviser en plusieurs classes.

Nous pourrions également tout simplement disparaître de la surface de la Terre. C’est malheureusement (?) une possibilité.

L’homme de demain, cette machine

Trois scénarios possibles qui pourraient être nourris par les avancées biotechnologiques que nous pourrions accomplir au cours des siècles à venir. Le projet fou Neuralink défendu par Elon Musk pourrait aboutir et ainsi nous permettre de décupler nos capacités intellectuelles, l’avenir décrit dans Cyberpunk 2077 pourrait également devenir réalité. Nous pourrions ainsi ne plus être esclaves de nos corps et du temps qui passe grâce à des améliorations technologiques. Enfin, la médecine pourrait tout simplement nous permettre de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Autre possibilité encore, l’émulation cérébrale pourrait devenir réalité. Notre cerveau pourrait être « téléchargé » dans des ordinateurs. Nous vivrions ainsi de manière numérique.

L’homme de demain, des hommes

Comme le souligne parfaitement Anders Sandberg, chercheur au Future of Humanity Institute & Oxford Martin School (Université d’Oxford), il est impossible de prédire parfaitement l’avenir. Un nombre trop important de facteurs rentrent en jeu, de même qu’une grande part de hasard. Nous pouvons cependant nous pencher sur les possibilités, comme l’a fait le chercheur dans son article publié sur The Conversation.

Selon lui, le scénario le plus probable pour l’avenir de l’humanité reste la « spéciation », à savoir la division d’une espèce en plusieurs autres. Une division basée sur notre rapport aux progrès technologiques et à ce qui fait l’humanité.

Il estime ainsi que d’ici plusieurs millénaires, une nouvelle espèce d’êtres humains sera créée au fur et à mesure des générations, ou plutôt des améliorations qui seront accessibles et omniprésentes. Une version améliorée de l’homme qui cohabitera avec l’humanité « originelle ».

Le gouffre entre les deux espèces ne fera que se creuser, avec l’apparition de nouvelles technologies. De nouvelles sous-espèces pourraient d’ailleurs voir le jour, notamment grâce à l’émulation cérébrale. Mais ici, il ne s’agirait plus d’une sous-division de l’humanité, mais d’une nouvelle espèce à part entière, car elle quitterait le règne animal pour celui du numérique.

L’homme de demain, ce logiciel

Les arguments en faveur d’une telle évolution sont nombreux. Outre les chances de tendre vers l’immortalité, « se transformer en ordinateur » réduira les besoins en ressources. L’énergie solaire suffirait à nous alimenter. Nous pourrions également nous déplacer plus rapidement via le réseau Internet ou par ondes radio. Notre esprit pourrait réfléchir des millions de fois plus rapidement que les esprits biologiques.

On peut également imaginer que si l’homme devient numérique, l’inverse peut se produire. Comme le redoutent pas mal de monde, l’intelligence artificielle pourrait évoluer de manière à penser par elle-même et puisse devenir une espèce intelligente à part entière. Et on peut aussi imaginer, grâce à la robotique et aux progrès médicaux, qu’elle puisse prendre forme.  

Les esprits logiciels

Si l’humanité parvient à survivre et à s’épanouir plusieurs centaines de milliers d’années, il y a effectivement des chances pour qu’elle se numérise. Outre les avantages offerts par le numérique (ressources nécessaires moindres, vitesse de réflexion, déplacements rapides), cette forme pallie également d’importants désavantages du corps humain, à la fois fragile et périssable.

À côté de cela, les « vrais » humains pourraient continuer d’exister et de prospérer. Ils coexisteraient alors avec les esprits logiciels.

Ce scénario est-il le bon ? Impossible de trancher. C’est une question de valeurs. Celles et ceux qui sont attachés à leurs racines paléolithiques pourraient ne pas adhérer à cette évolution de notre espèce, alors que d’autres, plus ouverts aux technologies et à l’évolution, pourraient y voir le salut de l’humanité. Mais là encore, les deux pourraient coexister. Du moins, pendant un temps.

De toute façon, nous ne serons plus là pour statuer sur la question. De plus, l’humanité n’est pas à l’abri d’une catastrophe naturelle qui décimerait la presque totalité de son espèce ni des effets néfastes de ses propres actions. Ainsi, si le réchauffement climatique ne finit pas par nous anéantir, une guerre nucléaire pourrait très bien s’en charger.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20