Georges-Louis Bouchez restera-t-il président du MR? Le Bureau du parti est convoqué demain à 9h00

Georges-Louis Bouchez (MR)
Georges-Louis Bouchez (MR) – Isopix

Le Bureau convoqué lundi matin à 9h00 n’est pas un bureau extraordinaire et n’indique en aucune manière que la tension est plus palpable, a précisé la porte-parole du parti. Les dissensions qui ont surgi ces derniers jours au sein du mouvement y seront toutefois bien abordées. Georges-Louis Bouchez restera-t-il aux commandes du parti?

Georges-Louis Bouchez n’aurait, jusqu’ici, pas fait part de son intention de renoncer à son mandat. ‘En tout état de cause, il appartient aux instances démocratiques du parti de se prononcer’, a estimé M. Piedboeuf (MR) , interviewé ce midi dans ‘ C’est pas tous les jours dimanche’, sur RTL TVI.

Alors que plusieurs rumeurs laissaient entendre qu’une réunion avait eu lieu ce week-end, Benoît Piedboeuf a démenti: ‘Il n’a pas eu de réunion. On est plutôt dans l’apaisement. Ce genre de sujet doit être débattu par les instances’, a-t-il ajouté.

Alors que plusieurs médias affirmaient ce week-end que Jean-Luc Crucke ou Sophie Wilmès pourrait succéder à GLB, Le Soir déclare que le président du MR restera aux commandes du parti, et que la prochaine élection présidentielle en interne se tiendra en 2023 comme prévu. C’est en tous les cas le scénario qui circulerait au sein du parti. S’agirait-il d’une stratégie du MR pour apaiser les tensions? Verdict demain matin.

Un jeu de chaises musicales

Les tensions récentes observées au MR sont nées de l’annonce jeudi matin du casting ministériel MR sur les réseaux sociaux avec la désignation de Denis Ducarme à la place de Valérie De Bue au gouvernement wallon, cumulée à la désignation de Mathieu Michel – le frère de l’ancien Premier ministre Charles Michel – comme secrétaire d’État au fédéral.

Ce jeu de chaises musicales a dû rapidement être remis en question en raison d’un décret spécial voté à l’unanimité en mai 2019 par le Parlement de Wallonie, qui prévoit une représentation d’au moins 30% de femmes – ou d’hommes – au gouvernement wallon. En remplaçant Valérie De Bue par Denis Ducarme, le compte n’y était plus.

Le MR s’est vu obligé de faire machine arrière dès jeudi après-midi, en maintenant Valérie De Bue au sein du gouvernement wallon. Depuis lors, de nombreux mandataires MR ont retiré leur soutien à Georges-Louis Bouchez, élu en novembre dernier à la présidence avec 62% des voix de militants.