“Flood the zone with shit!” Steve Bannon, le véritable stratège derrière le 6 janvier 2021

Il y a un an aujourd’hui, des centaines de partisans du président Trump de l’époque ont attaqué le Capitole à Washington. Une flambée de violence sans précédent contre la plus importante institution démocratique des États-Unis qui a coûté la vie à cinq personnes ce jour-là : quatre manifestants et un policier. Quatre autres policiers, qui n’ont pas pu empêcher les manifestants d’entrer dans le bâtiment du Congrès, se sont depuis suicidés.

Selon la Maison Blanche, le président Biden va aujourd’hui « dire la vérité sur ce qui s’est passé le 6 janvier 2021 ». Il va également « dénoncer les mensonges qui ont été répandus depuis lors ».

Mais la triste vérité est qu’une répétition des événements de ce jour-là dans le futur ne surprendrait personne. Non seulement l’Amérique n’a pas appris grand-chose de cette journée, mais seulement 55% des Américains admettent que Joe Biden ait gagné l’élection de manière légitime.

« Teflon Trump »

Un sondage réalisé par notre publication sœur Newsweek montre que 52 % des électeurs républicains disent croire que les émeutiers « protégeaient la démocratie américaine » ce jour-là. Les divisions politiques aux États-Unis n’ont fait que croître. De plus en plus d’Américains considèrent leur démocratie en crise et leurs adversaires politiques nationaux comme leur principal ennemi. Et rien ne change, « parce que rien ne peut changer dans une société si malade de la division. » Peu d’actes de « Teflon Trump » peuvent vraiment nuire à son image auprès des électeurs républicains. Il n’a fait que renforcer son emprise sur le GOP depuis l’attaque du Capitole. Les républicains ont embrassé le mensonge de l’élection volée. Les membres du parti qui ne le faisaient pas ont été mis à l’écart.

« Les médias adorent concentrer entièrement leur attention sur des absurdités »

Le fondateur du populisme trumpien est définitivement Steve Bannon. Il était également le stratège derrière la victoire électorale de Trump en 2016.

Autrefois appelé « l’homme le plus dangereux des États-Unis » par l’agence de presse Bloomberg, sa tactique consistait à « inonder la zone de merde ». (« Flood the zone with shit »).

« Celui qui veut contrôler le débat, n’a qu’à l’alimenter en fake news et en provocations », était son conseil. « Car les médias adorent focaliser entièrement leur attention sur des bêtises. Ce qui noie toutes les autres questions (les vraies et celles potentiellement embarrassantes). » Une tactique qui a fonctionné à merveille.

« Tu sais pourquoi je le fais ? Je le fais pour vous discréditer et vous humilier tous, pour que plus personne ne vous croie. »

Trump s’est rapidement révélé être un maître dans la mise en œuvre de cette stratégie. Lesley Stahl, une journaliste surtout connue pour son travail dans la populaire émission d’actualité « 60 Minutes », a déclaré un jour avoir rencontré Trump peu après son élection. Avant même que l’interview ne commence, il a recommencé à attaquer la presse. Lorsqu’elle lui a dit que cela devenait fatigant et qu’il devait arrêter parce qu’il avait gagné et qu’il était temps de tourner la page, Trump a répondu : « Savez-vous pourquoi je le fais ? Je le fais pour vous discréditer et vous humilier tous, pour que plus personne ne vous croie. »

Plus tard, Trump a également témoigné sa gratitude à Bannon. Le dernier jour de sa présidence, le verseur d’huile sur le feu a été gracié par son ancien patron.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20