Fin du paradis du jeu à Macao : « Pékin va nettoyer le secteur des casinos »

La puissance et la richesse des casinos chinois de Macao ont dépassé celles de Las Vegas depuis près de dix ans. Le gouvernement chinois souhaite désormais limiter l’influence des casinos de Macao.

Macao est une ancienne colonie portugaise située à environ 70 kilomètres au sud-ouest de Hong Kong. Tout au long du XVIe siècle, Macao était une plaque tournante majeure du réseau commercial portugais. En 1849, le gouvernement de Lisbonne a légalisé les jeux d’argent sur le territoire afin de générer de nouveaux revenus. Plusieurs Chinois et Hongkongais se sont installés dans cette petite zone de 118 kilomètres carrés pour y ouvrir des casinos et des maisons closes.

Comme Hong Kong, Macao est désormais une région administrative spéciale jouissant d’une certaine semi-autonomie au sein de la Chine. Les Portugais ont cédé le territoire à la Chine en 1999. Depuis lors, le boom des casinos de Macao n’a fait que se poursuivre, car c’est le seul endroit en Chine où les maisons de jeu sont légales. En 2013, Macao a dépassé la célèbre Las Vegas en termes de revenus de jeux, devenant ainsi la région de casino la plus riche du monde.

Deux ans après l’épidémie de coronavirus, le puissant paradis du jeu saigne beaucoup. Les mesures draconiennes prises par la Chine pour combattre le virus éloignent les joueurs et les touristes de Macao. Selon le journal japonais Nikkei Asia, les titulaires de licences de casino ont déjà payé quelque 5,83 millions de dollars cette année pour prolonger leurs concessions de juin à fin 2022.

En outre, Pékin a identifié le secteur des casinos comme une artère majeure pour le blanchiment d’argent et la fuite des capitaux des riches Chinois. Le parti communiste veut également se débarrasser de la réputation « décadente » de la ville des casinos. « Pékin va nettoyer l’ensemble du secteur des casinos », a déclaré l’auteur Sonny Lo à Nikkei Asia. Cependant, les maisons de jeu de Macao sont essentielles à la survie économique de la région. Macao doit maintenant chercher d’autres formes de revenus.

Nervosité dans les coulisses d’une énième nouvelle législation

Macao, telle que nous connaissons la ville aujourd’hui, a été créé dans les années 1960 après que le « roi du jeu » Stanley Ho a obtenu le monopole du secteur des casinos. Ho a rendu les casinos locaux plus occidentaux, avec des jeux de hasard provenant des États-Unis et d’Europe. Pour stimuler l’afflux de visiteurs, Ho a également conçu un modèle économique basé sur des voyages d’agrément pour de riches hommes d’affaires. L’ensemble du système de transport entre Hong Kong et Macao a été modernisé. Finalement, Ho a réussi à transformer les tripots obscurs de Macao en casinos modernes et glamour, comme le Grand Lisboa, emblématique et éclairé au néon.

À l’occasion du 20e anniversaire de la rétrocession de Macao à la Chine en 2019, le président Xi Jinping a visité le paradis du jeu. Dans un discours, Xi a souligné que Macao devra trouver un moyen de diversifier son économie de manière « appropriée ». Les opérateurs de casino locaux ont bien compris le message de Pékin : le secteur des casinos continuerait d’exister, mais il devait subir de profondes transformations pour « assainir » ses affaires et soutenir la diversification de l’économie de Macao.

Puis, au début de cette année, le gouvernement chinois a dévoilé une nouvelle législation sur les jeux, qui prévoit un contrôle plus strict du secteur des casinos et des jeux de Macao. Cette législation, décrite comme le plus grand bouleversement du secteur des casinos au cours des deux dernières décennies, réduira notamment de moitié la durée de la licence des concessionnaires, qui passera à 10 ans. Le gouvernement a cependant abandonné l’idée d’installer un superviseur gouvernemental dans chaque casino.

Les six titulaires de licences à Macao, dont Sands China, Wynn Macau et MGM China Holdings, sont publiquement « enthousiastes » à l’égard de la réglementation. En coulisses, cependant, ils attendent nerveusement de voir à quoi ressemblera le projet final, rapporte Nikkei Asia. Les investisseurs américains attendent également avec impatience la nouvelle législation. La légendaire société américaine de jeux d’argent Las Vegas Sands a vendu ses avoirs à Las Vegas l’année dernière pour investir massivement à Macao.

Ces dernières années, la législation a été sévère à l’égard de Macao. Les nouvelles règles applicables au secteur des voyages d’agrément ont déjà coûté de sérieuses misères à cette ville de quelque 650 000 habitants. Le taux de chômage est déjà passé de 2 à 4,6 % au cours du premier trimestre de 2022, soit le niveau le plus élevé depuis 2009.

« Macao va devenir plus chinois »

Les investisseurs ne sont pas tous nerveux face aux nouvelles législations. Certains sont ouverts à l’idée de diversifier l’économie de Macao et de permettre à d’autres secteurs de prospérer. Toutefois, nombreux sont ceux qui pensent qu’un changement trop rapide pour le secteur des casinos entraînera des dommages économiques supplémentaires et creusera le fossé de la richesse dans la région.

Sur quoi les hommes d’affaires et les politiciens de Macao peuvent-ils parier ? Avant 2016, les touristes se rendaient à Macao principalement pour le jeu. Cependant, depuis 2016, de plus en plus de personnes viennent pour faire du shopping et séjourner dans des stations de luxe. Les touristes de Chine continentale, qui représentaient 90 % des 39 millions d’arrivées de touristes à Macao avant la pandémie, manifestent depuis 2005 un intérêt croissant pour les attractions non liées au jeu. Les sociétés de casinos construisent également de plus en plus de lieux pour accueillir de grandes réunions d’affaires et investissent dans leurs offres gastronomiques et leurs points de vente.

Pékin accordera à Macao davantage de terres pour développer son économie. Par exemple, Hengqin, une île voisine trois fois plus grande que Macao, servira de « zone spéciale » pour développer de nouvelles industries. L’île est déjà une attraction touristique en raison de la présence du populaire parc à thème Chimelong Ocean Kingdom. Hengqin sera loué au gouvernement de Macao, mais la législation de la Chine continentale y sera appliquée tant par Macao que par le gouvernement provincial du Guangdong.

Et c’est probablement ce qui arrivera au reste de Macao à l’avenir. « Il s’agit en fait d’une intégration scientifique socio-économique de Hong Kong, Macao, Shenzhen et Zhuhai », explique Sonny Lo. En effet, cela fait partie du plan du gouvernement chinois appelé « Greater Bay Area » pour les villes du sud du delta de la rivière des Perles. « L’identité de Macao va devenir plus chinoise », conclut Lo.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20