Facebook s’immisce encore un peu plus dans le journalisme et prépare une toute nouvelle plateforme

Facebook continue de développer des fonctionnalités mettant en valeur le journalisme – Unsplash

Jusqu’où Facebook déploiera-t-il ses tentacules ? Nul ne le sait. En tout cas, récemment, le réseau social semble très intéressé par le journalisme et les contenus d’information. Et cela partirait d’un bon sentiment. Dès l’été, l’entreprise de Marc Zuckerberg va passer la deuxième.

Voyant que les plateformes fournissant un support aux newsletters ont le vent en poupe, Facebook a l’intention de créer sa propre fonctionnalité. L’information a été révélée par le New York Times: le réseau social va bientôt proposer aux journalistes et rédacteurs de composer leur propre newsletter et de la partager avec leur communauté.

Facebook part avec un avantage: les journalistes intéressés y disposent déjà d’une communauté, constituée de leurs « amis » et de leurs abonnés. Un atout non négligeable pour tout qui veut se lancer dans la rédaction d’articles à large portée.

Comme Substack, leader en la matière, Facebook veut proposer des newsletter gratuites et des payantes. Evidemment, si les auteurs de la newsletter veulent rendre l’abonnement à celle-ci payant, le réseau social prendra une part du gâteau.

D’après le New York Times, Marc Zuckerberg a déjà donné le feu vert au projet et a mandaté une équipe d’ingénieurs pour qu’ils créent la plateforme. Le lancement serait déjà prévu pour l’été prochain.

‘Nous voulons en faire plus pour soutenir les journalistes indépendants et les experts qui développent des entreprises et des audiences en ligne’, a déclaré Campbell Brown, vice-président des partenariats mondiaux de Facebook, au NY Times. ‘Nous explorons les moyens de les aider à tirer profit des produits d’information que nous avons créés, comme Facebook News et les abonnements, tout en créant de nouveaux outils pour compléter ce que les journalistes trouvent déjà utile’.

Facebook News

Comme le fait remarquer Brown, Facebook n’en est pas à son coup d’essai dans le milieu du journalisme. Longtemps décrié pour véhiculer de nombreuses fake news, le réseau social tente de se racheter.

Fin 2019, la plateforme a créé Facebook News aux Etats-Unis. Une fonctionnalité qui est également disponible depuis cette semaine au Royaume-Uni. Elle permet aux utilisateurs d’avoir accès à des articles de presse, venant de médias qu’ils ont choisi, sur base de thématiques qui les intéressent. Les éditeurs faisant partie du projet sont rémunérés par Facebook. Outre-Manche, plusieurs grands journaux ont accepté le deal. The Guardian, Financial Times, The Economist, The Mirror et Daily Mail font notamment partie de la liste.

Facebook News constitue ‘un investissement pluriannuel qui permettra au vrai journalisme d’être à la portée de nouveaux publics, tout en offrant aux éditeurs davantage d’opportunités publicitaires et d’abonnements’, s’est félicité Jesper Doub, directeur des partenariats Europe de Facebook, cité dans un communiqué.

Des négociations sont en cours pour lancer Facebook News en France et en Allemagne, a précisé le réseau social.

Aux Etats-Unis, la formule, en place depuis un peu plus d’un an, semble fonctionner. The New York Times, The Washington Post, The Wall Street Journal et The Times font partie du projet. Ce qui permet d’étendre la portée des informations correctes vérifiées. Mais cet outil ne diminue pas pour autant la prolifération des fake news.