L’exploitation du lithium ne créera pas une grosse manne d’emplois

L’Europe et l’Amérique du Nord déploient des efforts considérables pour développer leur propre production de lithium, une matière première essentielle à la fabrication des batteries des voitures électriques, et réduire leur dépendance à l’égard des fournisseurs extérieurs, notamment la Chine. La fabrication de voitures électriques devrait également donner un coup de fouet au marché du travail, mais les experts estiment que l’impact de l’exploitation du lithium restera plutôt limité à cet égard.

Pourquoi est-ce important ?

La production de lithium représente un pilier crucial de la production de batteries rechargeables. Les activités minières en sont une partie importante (bien que souvent controversée). Mais ce n'est pas vrai en termes d'emploi. Contrairement à l'apogée de la recherche d'or, d'argent ou de pétrole, l'exploitation du lithium ne sera pas une aubaine en termes d'emploi, selon les initiés.

Les faits : Relocalisation des chaînes d’approvisionnement. « Le lithium est essentiel pour la production de batteries rechargeables », affirment des experts à la National Public Radio (NPR) américaine. « Par conséquent, la demande de ce produit est en plein essor ».

  • Après des décennies de délocalisation de la production à l’étranger, les constructeurs automobiles déploient des efforts considérables pour reconquérir leurs chaînes d’approvisionnement. L’objectif est d’organiser la production de batteries, des matières premières à l’assemblage final, à l’intérieur de leurs propres frontières.
  • Il s’agit d’une priorité essentielle pour l’administration du président américain Joe Biden, entre autres, car il affirme que cette reprise permettra de réduire la dépendance à l’égard de pays comme la Chine et de stimuler la création d’emplois aux États-Unis.
  • En réalité, l’emploi lié à l’exploitation du lithium reste relativement limité. Sur ce point, les experts sont largement d’accord.
    • Ils citent notamment la société Albemarle, qui prévoit de doubler la production de sa mine de saumure de Silver Peak.
    • La mine de saumure, qui utilise la chaleur solaire pour extraire le lithium de l’eau salée, a démarré avec environ 70 employés pour faire fonctionner les pompes et entretenir l’équipement. Toutefois, le doublement de la production ne créera que cinq à dix nouveaux emplois.
  • Les autres mines, qui n’extraient pas le lithium de la saumure, doivent employer relativement plus de travailleurs pour leur production.
    • Lithium Americas tente d’ouvrir une nouvelle mine à ThackerPass, dans le nord du Nevada. En état de fonctionnement, la mine emploiera environ 300 personnes.
    • Cependant, John Evans, directeur général de Lithium Americas, souligne que l’on ne peut s’attendre qu’à un nombre limité de nouvelles mines – peut-être cinq à six sites aux États-Unis au cours des dix prochaines années.
    • La valeur ajoutée globale en termes d’emploi sera donc également limitée, selon Evans.

L’essentiel : Le secteur minier a un faible taux d’emploi. Phil Jordan, vice-président de BW Research, fait également état d’une croissance modeste de l’emploi.

  • « De nouveaux emplois seront certainement créés dans le secteur minier », lance-t-il. « Toutefois, il peut s’agir d’un maximum de mille emplois sur dix ans. Ce chiffre est dérisoire par rapport aux emplois dans l’industrie ou la construction d’infrastructures d’énergie renouvelable. »
  • Selon Kwasi Ampofo, responsable de l’exploitation minière chez Bloomberg New Energy Finance, on peut noter un schéma fixe clair. « Les mines des pays développés ont des taux d’emploi extrêmement bas », souligne-t-il. « L’automatisation et les autres améliorations technologiques ne font qu’éroder davantage le besoin de main-d’œuvre. »
  • Mais d’autre part, l’industrie minière souligne que les emplois concernés sont bien rémunérés et situés dans des zones rurales où il existe peu d’autres opportunités.
    • « Le salaire moyen d’un mineur au Nevada est supérieur à 95.000 dollars », souligne Tyre Gray, président de l’association minière du Nevada.
    • « C’est le genre de salaire qui donne la possibilité de changer complètement la vie de sa famille ».

Zoom avant : La valeur ajoutée se trouve dans la chaîne ultérieure. John Evans souligne que la véritable valeur ajoutée de l’exploitation minière du lithium aux États-Unis ne réside pas dans ses propres emplois, mais plutôt dans les bénéfices créés en aval de la chaîne.

  • « Les gains les plus importants sur le marché du travail se trouveront dans la production des composants – tels que les cathodes, les anodes et les séparateurs – pour les batteries », affirme Evans. « C’est là qu’un grand nombre de nouveaux emplois seront créés ».
  • « LG Chem lance une usine dans le Tennessee pour produire des cathodes pour les batteries de voitures. Deux mille emplois y seront créés. Mais pour que cette usine fonctionne, elle aura besoin d’un approvisionnement en matières premières qui seront extraites ailleurs par plusieurs centaines de mineurs. »

Un rapport de l’agence Atlas Public Policy montre que toutes les usines annoncées aux États-Unis pour la production de véhicules électriques, de batteries et de systèmes de charge créeraient ensemble 143.575 nouveaux emplois.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20