L’excédent budgétaire russe a quadruplé en novembre

L’excédent budgétaire du gouvernement russe a quadruplé le mois dernier par rapport à la période de janvier à octobre.

Pourquoi est-ce important ?

Depuis le début de la guerre en Ukraine, l'Occident tente de faire tout ce qu'il peut pour épuiser les fonds de la Russie. Mais comme de nombreux pays d'Europe sont fortement tributaires des combustibles fossiles russes, cela s'est avéré assez difficile jusqu'à présent.

L’essentiel : le ministère russe des Finances a publié les chiffres ce lundi.

  • L’excédent est passé à quelque 557 milliards de roubles, soit environ 9 milliards d’euros, en novembre. Au cours des 10 premiers mois de l’année, il s’élevait à quelque 128,4 milliards de roubles.
  • L’amélioration de la situation financière du gouvernement russe est en grande partie due aux dividendes et à une taxe sur les bénéfices excédentaires réalisés par le géant énergétique public Gazprom.
  • Gazprom a exporté moins de gaz et de pétrole que d’habitude cette année, une conséquence des sanctions occidentales. Mais en raison de la hausse des prix de l’énergie, la firme a néanmoins affiché des bénéfices élevés. La Russie a décidé d’imposer une taxe unique sur ceux-ci.
  • Gazprom a également versé des dividendes aux actionnaires pour la première fois de son histoire. Le conglomérat énergétique est en grande partie détenu par le gouvernement russe.

Le spectre de la récession

Mais les choses ne se passent pas toujours sans heurts en Russie.

  • Bien que le gouvernement puisse enregistrer un excédent budgétaire, l’économie russe s’en sort beaucoup moins bien. 
  • Entre autres choses, une large série de sanctions, le départ de grandes entreprises internationales, une capacité plus limitée à importer des produits de première nécessité et une population qui fuit le pays ont commencé à faire ralentir le moteur économique de la Russie.
  • La question n’est plus de savoir si le pays est en récession, mais quelle est sa gravité. Pour atténuer son impact, le gouvernement doit prévoir des mesures de soutien.
  • Pendant ce temps, il semble de plus en plus que la guerre en Ukraine soit ingagnable pour Vladimir Poutine et ses sous-fifres. L’armée russe a subi de lourdes défaites ces derniers mois, ce qui l’a obligée à abandonner de larges pans du territoire ukrainien occupé. 
  • Pendant ce temps, la Russie tente de faire pression sur le pays en attaquant ses infrastructures critiques, mais l’idée que la Russie puisse conquérir l’Ukraine à la vitesse de l’éclair, le plan initial de Poutine, s’est depuis longtemps avérée impossible. Le Kremlin continue à injecter de l’argent dans la machine de guerre, en vain.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20