Après l’entrée en vigueur de l’embargo sur les produits pétroliers russes, où trouverons-nous notre diesel en février ?

L’Union européenne (UE) n’importera plus de produits pétroliers russes par voie maritime à partir du 5 février. La Russie est le plus grand fournisseur de ce produit de base à l’Union.

Pourquoi est-ce important ?

Bien que l'Union européenne ait l'intention d'opérer une transition énergétique massive, les dernières années ont montré que le continent n'arrive pas à se débarrasser de sa dépendance aux combustibles fossiles. Il est frappant de constater à quel point le continent est dépendant du pétrole et du gaz, d'autant plus maintenant que les produits russes bon marché ne sont plus une option.

L’essentiel : l’année dernière, l’UE a importé 220 millions de barils de diesel de Russie, selon les données compilées par Bloomberg, soit environ 40 % de l’ensemble de son diesel. Pour éviter de se retrouver dans une crise énergétique, l’Europe devra bientôt trouver d’autres fournisseurs de cette matière première. 

  • Le meilleur candidat est le Moyen-Orient. Ces derniers mois, l’UE a importé une part croissante de diesel en provenance de cette région. En outre, un certain nombre de nouvelles raffineries de pétrole sont en cours de construction au Moyen-Orient.
  • Des accords entre les pays européens et les pays arabes ont également déjà été conclus. En septembre, par exemple, le chancelier allemand Olaf Scholz a signé un accord avec la compagnie pétrolière nationale d’Abu Dhabi, l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde, pour fournir du diesel à l’Allemagne. L’Europe pourrait par ailleurs recevoir davantage de diesel en provenance d’Arabie saoudite.
  • En outre, les États-Unis, qui fournissent entre-temps plus d’énergie à l’Europe que ne le fait la Russie pour la première fois dans l’histoire, vont aussi exporter de plus en plus de diesel vers l’Europe. Ces derniers mois, les exportations du pays ont déjà fortement augmenté.
  • La Chine joue aussi un rôle important. Selon Trading Economics, les exportations de la Chine ont bondi ces derniers mois. Au cours du dernier trimestre de 2022, le pays a même exporté plus que pendant les neuf premiers mois. Tout ce diesel n’est pas destiné à l’Europe, mais l’augmentation de l’offre sur le marché mondial permettra indirectement au continent d’acheter plus de diesel.

L’embargo

Le contexte : Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, les pays occidentaux ont réagi en annonçant une série de mesures visant à épuiser le trésor russe.

  • Un embargo sur le pétrole brut russe transporté par voie maritime a pris effet le 5 décembre 2022. Cet embargo ne s’applique toutefois pas à une poignée de pays d’Europe orientale, dont la Hongrie et la République tchèque.
  • Le même jour, un prix plafond de 60 dollars par baril de brut russe a été introduit. Ce système fait en sorte exige que les acheteurs en dehors du G7 utilisant des services occidentaux tels que les routes maritimes, l’assurance et le financement ne paient pas plus de 60 dollars par baril pour le pétrole brut russe transporté par voie maritime. La Russie a répondu en menaçant de cesser d’exporter du pétrole brut vers les pays qui s’y conforment. 
  • Ainsi, à partir du 5 février, la prochaine étape entrera en vigueur. Ensuite, plus aucun produit pétrolier raffiné ne pourra être importé de Russie par voie maritime non plus. Il ne s’agit pas seulement du diesel, mais aussi d’autres produits raffinés comme le mazout.

RVW

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20