‘Vidéo manipulée’ : quand Trump se fait prendre à son propre jeu

Isopix

Le président américain a partagé sur le réseau social Twitter une vidéo afin de dénoncer une fois de plus les ‘fake news’ relayées par les médias américains… Problème: la vidéo était en réalité trafiquée.

Tel est pris qui croyait prendre. Voilà une histoire qui n’arrangera pas les relations tendues entre Donald Trump et son ex-réseau social préféré. Le président des États-Unis a partagé vendredi une vidéo d’un très jeune enfant blanc poursuivant un autre enfant noir dans la rue. Une bannière indique ‘Un enfant terrifié fuit un bébé raciste’ et le logo du média CNN y est apposé, tout en orthographiant mal le mot ‘enfant’ (‘toddler‘).

Si Donald Trump a partagé cette vidéo, c’est pour tenter de dénoncer les fameuses ‘fake news’ contre lesquelles il est en guerre depuis un bon moment. Il semble vouer une véritable haine aux journalistes, son ancien conseiller à la sécurité John Bolton rapportant même dans son livre des propos selon lesquels ‘ces personnes doivent être exécutées, ce sont des salauds’.

Dans la vidéo postée par le président américain, le texte de la bannière (soi-disant de CNN) change ensuite pour indiquer: ‘Un bébé raciste, probablement un électeur de Trump’. Puis, l’ambiance et la musique prennent un ton bien plus jovial pour montrer les vrais faits: les deux enfants sont en réalité meilleurs amis et courent l’un vers l’autre pour s’embrasser. Le clip se conclut par les bannières ‘L’Amérique n’est pas le problème, les fake news le sont. Si vous voyez quelque chose, dites-le. Vous seul pouvez prévenir les incendies de fake news’. Mettant en cause une manipulation de CNN, visiblement raciste.

Média manipulé

Si la stratégie de Donald Trump manque cruellement de subtilité (la mise en scène du début de la vidéo est digne d’un vrai sketch), elle se retourne surtout contre lui désormais. Twitter a affublé le tweet en question d’une étiquette ‘média manipulé’, expliquant se réserver le droit ‘d’étiqueter les tweets qui incluent des médias (vidéos, audio et images) qui ont été modifiés ou fabriqués de manière trompeuse’.

L’entreprise souligne que les utilisateurs ne sont pas autorisés à ‘partager des médias modifiés de manière trompeuse sur Twitter de façon à tromper ou à induire en erreur sur l’authenticité des médias, ce qui pourrait entraîner des menaces pour la sécurité physique ou d’autres dommages graves’. Un changement de cap amorcé par le réseau social il y a quelques semaines afin de nettoyer sa plateforme de la désinformation, lorsqu’il a commencé à étiqueter des tweets du président américain par l’annonce ‘vérifier les faits’.

L’approche de Donald Trump est d’autant moins subtile que la vraie version de cette vidéo avait déjà fait le tour des réseaux sociaux… L’année dernière. Le reportage de CNN sur ces deux enfants date en réalité de septembre 2019. La version manipulée a donc rapidement été repérée.

Les parents des deux enfants ont eux-même répondu au tweet de Trump: ‘Il ne tournera pas cette belle vidéo d’amour pour faire avancer son programme de haine’, a écrit le père de l’un d’eux sur Facebook.

La chaîne CNN, décriée par Trump, n’est pas non plus passée à côté de cette énorme perche tendue par le président américain. Dans un autre tweet, CNN a répondu avoir couvert l’histoire ‘telle qu’elle s’est passée’, déclarant qu’elle ‘continuera à travailler avec des faits plutôt que de tweeter des vidéos truquées qui exploitent des enfants innocents’. C’est ce qu’on appelle un sacré retour de flamme.

Lire aussi: