Emprunt public, tax shelter, TVA à 6%… Comment sauver l’Horeca?

Stefan Puchner/Picture Alliance

Les fédérations Horeca multiplient les idées pour sauver le secteur et avancent, entre autres, celle d’un emprunt public à injecter dans les entreprises, rapporte La Libre Belgique ce mercredi.

‘La première (idée, ndlr) est que le gouvernement favorise la mise en place d’une sorte de tax shelter pour l’Horeca ou d’un emprunt public dont le produit serait injecté dans les entreprises’, explique Fabian Hermans, administrateur délégué de la Fédération Horeca Bruxelles.

C’est que, d’un côté, il y a 300 milliards d’euros qui dorment sur les comptes d’épargne ; et, de l’autre, le succès des initiatives comme « Horeca come back » ou « Cafés solidaires » qui proposaient aux consommateurs d’acheter à l’avance leurs premiers repas et sorties du déconfinement.

‘Près de deux millions d’euros ont été récoltés. On peut supposer qu’un emprunt d’État susciterait un engouement similaire’, estime Fabian Hermans.

‘Pas de reprise à 100% avant le 2e trimestre… 2021’

Autres propositions, ‘la déductibilité à 100% des frais de restaurants et d’événements, pour le particulier aussi’, ajoute Fabian Hermans. ‘Et une formule de chèques-repas dédiés exclusivement aux restaurants et bars’, qui ne pourraient donc pas être dépensés dans la grande distribution, par exemple.

Une réduction de la TVA à 6%, une aide à l’emploi et une prolongation du chômage pour force majeure jusqu’à la fin du 1er trimestre de l’année prochaine sont également demandés.

‘Car on ne voit pas de reprise à 100% avant le deuxième trimestre de l’an prochain, au mieux’, craint M. Hermans.