Elon Musk montrera bientôt le prototype d’Optimus, le robot humanoïde construit par Tesla. À quoi nous attendre ?

En juin, Musk avait annoncé que la Journée de l’intelligence artificielle, qui devait initialement avoir lieu le 19 août, serait déplacée en septembre. Dans un tweet de l’époque, le multimilliardaire excentrique avait indiqué que le développement d’Optimus en était la raison principale. Un prototype fonctionnel pourrait être présenté d’ici la fin du mois de septembre, une raison suffisante pour reporter l’ensemble de l’événement.

Ce développement semble progresser très rapidement (bien que Musk manque souvent ses échéances ambitieuses). Après tout, le robot a été annoncé pour la première fois en août 2021. Bien qu’il ait d’abord ressemblé à un projet secondaire au sein de l’entreprise, Musk a rapidement précisé qu’Optimus et le développement de l’IA deviendraient l’une des priorités de l’entreprise en 2022. « Les gens ne réalisent pas l’ampleur du programme de robots Optimus », a-t-il déclaré pas plus tard qu’en avril.

Des projets ambitieux

On ne sait pas encore ce que ce premier prototype sera capable de faire, mais l’objectif ultime de Musk est de développer un robot de type humanoïde qui déclenchera une véritable révolution. Optimus mesurera environ 170 centimètres, pourra porter des charges allant jusqu’à 20 kilogrammes et sera équipé d’une IA très similaire au logiciel qui équipe les voitures électriques de Tesla.

Les robots seront initialement utilisés dans les usines de Tesla pour effectuer des « tâches sales et dangereuses », a expliqué le milliardaire. Musk aurait l’intention de produire des milliers d’unités. Au cours des derniers mois, l’homme d’affaires aurait multiplié les réunions internes sur la mise en œuvre des robots, a déclaré à Reuters une source anonyme ayant connaissance du dossier.

Mais à terme, les robots devront être utilisés en dehors des usines Tesla. En fait, le constructeur de voitures électriques aimerait à terme produire des millions de robots Optimus. Ceux-ci pourraient être utilisés dans les ménages pour effectuer les tâches quotidiennes, ou servir d’aides-soignants dans les maisons de retraite. En octobre 2021, Musk a même plaisanté sur le fait qu’une version « cat girl » pourrait apparaître, un personnage hybride entre une femme et un chat qui apparaît principalement dans certains anime et manga.

Mais avant que vous puissiez acheter un Tesla-robot dans votre magasin, l’entreprise a encore un long chemin à parcourir. Bien que l’homme le plus riche du monde pense que le secteur des robots finira par devenir plus important pour Tesla que celui des voitures, les experts estiment qu’il faudra beaucoup de temps avant qu’un robot humanoïde puisse se déplacer efficacement et appréhender le monde.

Il y a quelques années, Musk lui-même a critiqué la « dépendance excessive » de Tesla vis-à-vis des robots. Ces derniers étaient plus coûteux à entretenir que le simple fait d’engager des humains pour effectuer les mêmes tâches et, sans compter qu’ils avaient souvent des problèmes pour les mener à bien.

Et pourtant, il s’agissait encore de simples robots qui ne devaient accomplir qu’une ou une poignée de tâches. Un robot « à usage général » comme Optimus sera encore plus difficile à créer, a déclaré à Reuters Shaun Azimi, roboticien à l’agence spatiale américaine NASA. « Les voitures à conduite autonome n’étaient pas aussi faciles que tout le monde le pensait. Il en va de même pour les robots humanoïdes », a déclaré M. Azimi.

Le plan est-il réaliste ?

Pour faire ses preuves, Optimus devrait être capable d’effectuer de multiples actions non programmées pendant la Journée de l’IA, estime Nancy Cooke, professeur d’ingénierie des systèmes humains à l’Arizona State University (États-Unis). « S’il fait en sorte que le robot se promène, ou fasse une danse, ça a été déjà fait. Ce n’est pas impressionnant », a-t-elle déclaré.

Musk lui-même semble reconnaître l’ampleur du défi. Le magnat des affaires a indiqué à plusieurs reprises que l’IA n’est pas encore assez avancée pour fonctionner dans la vie quotidienne, mais que Tesla peut utiliser son expertise existante en matière d’IA pour progresser.

Cette expertise doit être largement renforcée dans les mois à venir. L’entreprise aurait des dizaines d’offres d’emploi pour les personnes ayant une expérience en robotique. Cela met immédiatement en évidence son ambition. « Le code que vous écrirez sera recopié dans des millions de robots humanoïdes dans le monde entier et sera soumis à des normes élevées pour cette raison », peut-on lire dans l’une des offres d’emploi.

Donc, même si la démonstration du 30 septembre déçoit, il est clair que la société est sérieuse dans le développement d’Optimus. Et s’il peut sembler farfelu que Tesla apporte des robots de type humain dans les foyers en un rien de temps, il y a 20 ans, il était tout aussi impensable que les voitures électriques soient populaires, ou que des fusées puissent retomber intactes après leur utilisation.

BL

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20