Elon et Egon: les actionnaires réclament la tête d’un allié de Musk au sein du CA de Twitter, mais il semble indéboulonnable

Cette semaine, un membre du conseil d’administration de Twitter n’a pas réuni assez de votes pour être reconduit. Dans la foulée, il a présenté sa démission. Finalement, ce proche d’Elon Musk va pourtant conserver son poste. Explications.

Lors de l’assemblée générale de Twitter qui s’est tenue mercredi, les actionnaires n’ont pas soutenu la réélection d’Egon Durban au sein du conseil d’administration de la société. Conformément aux directives de gouvernance de l’entreprise, l’homme a présenté sa démission.

La presse américaine a rapidement fait le lien entre ce vote et le fait qu’Egon Durban soit un associé de longue date d’Elon Musk. Il est notamment co-CEO de la société de capital-investissement Silver Lake. Via celle-ci, il a déjà versé 100 millions de dollars à SolarCity, une firme spécialisée dans l’énergie solaire photovoltaïque fondée par deux cousins d’Elon Musk. Avant qu’elle ne soit acquise par Tesla.

En outre, en 2018, lorsque l’homme le plus riche du monde avait annoncé son intention de privatiser son entreprise automobile – chose qu’il n’a finalement pas faite -, il avait indiqué qu’il aurait recours à l’aide de Silver Lake.

Au vu de la colère qui habite certains actionnaires de Twitter depuis que Musk a proposé de racheter l’entreprise – offre acceptée par le CA, puis remise en doute par Musk lui-même, l’affaire s’avère intéressante. D’autant plus lorsque l’on sait qu’une partie des investisseurs a récemment décidé de poursuivre Musk en justice. Ils l’accusent d’avoir manipulé le cours de l’action de l’entreprise à la baisse dans le but d’annuler son rachat ou de le renégocier à la baisse. Une opération qu’il aurait menée en tweetant et en retardant la divulgation d’informations cruciales, mais aussi en obtenant des renseignements privilégiés basés sur des conversations privées avec des membres du CA… dont Durban.

Le CA refuse la démission de Durban

Malgré ces éléments d’opposition, le conseil d’administration a refusé la démission de Durban, nous apprend CNBC ce vendredi. Les membres du CA estiment que celui-ci n’est simplement pas dans les bonnes grâces des actionnaires car il siège dans six autres entreprises cotées en bourse. Et il leur a promis de quitter l’une d’entre elles.

« Bien que le conseil d’administration ne pense pas que les autres mandats d’administrateur de M. Durban dans des sociétés cotées en bourse constitueront un obstacle si ces engagements devaient se poursuivre, l’engagement de M. Durban à réduire son engagement dans les conseils d’administration à cinq conseils d’administration de sociétés cotées en bourse d’ici la date de remédiation répond de manière appropriée aux préoccupations soulevées par les actionnaires concernant ces engagements », a déclaré Twitter dans un document déposé auprès de la SEC. « Par conséquent, le conseil d’administration est arrivé à la conclusion que l’acceptation de la démission offerte par M. Durban n’est pas dans le meilleur intérêt de la société. »

Louant son « efficacité », sa « connaissance opérationnelle inégalée de l’industrie », sa « perspective unique », ainsi que ses « compétences et expériences inestimables en matière de fusions et acquisitions », le CA de Twitter a donc décidé de maintenir Durban en poste.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20