Diffuser des messages dans l’espoir d’atteindre des extraterrestres reste controversé – mais les scientifiques vont continuer quand même

Au cours des prochains mois, deux équipes d’astronomes vont envoyer des messages dans l’espace pour tenter de communiquer avec d’éventuelles espèces extraterrestres intelligentes. Mais certains se demandent si c’est vraiment une bonne idée.

Depuis plus de 70 ans, les astronomes recherchent des signaux radio ou optiques provenant d’autres civilisations dans le cadre de la recherche d’une intelligence extraterrestre, une démarche appelée SETI. La plupart des scientifiques sont convaincus que la vie existe sur un grand nombre des 300 millions de mondes potentiellement habitables de la Voie lactée. Les astronomes pensent également qu’il y a de bonnes chances que certaines formes de vie aient développé une intelligence et une technologie. Mais aucun signal d’une autre civilisation n’a jamais été détecté, un mystère appelé « le grand silence ».

Dans les mois à venir, deux équipes d’astronomes enverront des messages dans l’espace pour tenter de communiquer avec des êtres intelligents qui pourraient être à l’écoute quelque part dans l’univers. Mais la démarche METI, l’envoi de messages dans l’espoir de contacter une forme de vie extraterrestre, n’est pas tout à fait simple.

Les premières tentatives de contact avec une vie loin de la Terre n’étaient rien de plus que des bouteilles à la mer. En 1972, la NASA a lancé le vaisseau spatial Pioneer 10 en direction de Jupiter avec une plaque marque du dessin d’un homme et d’une femme, ainsi que des symboles pour indiquer sa provenance. En 1977, la NASA a poursuivi dans cette voie avec la célèbre plaque en or fixée sur le vaisseau spatial Voyager 1.

Ces sondes spatiales – ainsi que leurs petites sœurs, Pioneer 11 et Voyager 2 – ont maintenant toutes quitté notre système solaire. Mais dans l’immensité de l’espace, les chances que ces objets soient découverts restent extrêmement minces.

Le rayonnement électromagnétique est une balise beaucoup plus efficace. En 1974, des astronomes ont diffusé le premier message radio destiné à des oreilles extraterrestres depuis l’observatoire d’Arecibo, à Porto Rico. La chaîne de uns et de zéros a été conçue pour transmettre des informations simples sur l’humanité et la biologie et a été envoyée à l’amas d’étoiles globulaire M13. Comme M13 se trouve à 25.000 années-lumière de nous, nous ne devrions pas espérer une réponse rapide.

En plus de ces tentatives délibérées d’envoyer un message aux extraterrestres, des signaux provenant d’émissions de télévision et de radio s’échappent dans l’espace depuis près d’un siècle. Cette bulle de bavardage terrestre, qui ne cesse de croître, a atteint des millions d’étoiles. Mais il y a une grande différence entre un souffle directionnel d’ondes radio provenant d’un télescope géant et une fuite diffuse – le faible signal d’une émission de télévision s’estompe sous le bourdonnement des radiations laissées par le Big Bang.

Une balise dans la galaxie et un message à TRAPPIST-1

Près d’un demi-siècle après le message d’Arecibo, deux équipes internationales d’astronomes prévoient de nouvelles tentatives d’entrer en contact avec une éventuelle civilisation extraterrestre. L’une utilise un nouveau radiotélescope massif et l’autre choisit une cible particulièrement prometteuse.

L’un de ces nouveaux messages sera envoyé en 2023 depuis le plus grand radiotélescope du monde, en Chine. Ce télescope, d’un diamètre de 500 mètres, transmettra une série d’impulsions radio à travers une large bande de ciel. Ces impulsions sont comparables aux uns et aux zéros des informations numériques.

Le message s’appellera “The Beacon in the Galaxy” et comprendra des nombres premiers, des données sur la biochimie de la vie terrestre, des silhouettes humaines, l’emplacement de la Terre et un compteur temporel. Il sera envoyé vers un groupe de millions d’étoiles près du centre de la Voie lactée, à environ 10.000 à 20.000 années-lumière de la Terre. Si cela maximise le nombre d’extraterrestres potentiels, cela signifie également qu’il faudra des dizaines de milliers d’années avant que la Terre ne reçoive une réponse.

L’autre tentative ne vise qu’une seule étoile, mais avec le potentiel d’une réponse beaucoup plus rapide. Le 4 octobre 2022, une équipe de la station terrestre satellitaire de Goonhilly, en Angleterre, enverra un message à l’étoile TRAPPIST-1. Cette étoile possède sept planètes, dont trois sont des mondes semblables à la Terre, dans la « zone Boucles d’or », ce qui signifie qu’elles pourraient abriter du liquide et peut-être de la vie. TRAPPIST-1 se trouve à « seulement » 39 années-lumière de la Terre. Il pourrait donc falloir jusqu’à 78 ans pour qu’une vie intelligente reçoive le message et que la Terre y réponde (si les extraterrestres y répondent immédiatement).

Qui a peur des extraterrestres ?

La perspective d’un contact extraterrestre soulève des questions éthiques, et METI ne fait pas exception. La première est la suivante : qui parle au nom de la Terre ? En l’absence de consultation internationale, les décisions relatives au message à envoyer et à l’endroit où l’envoyer sont actuellement entre les mains d’un petit groupe de scientifiques passionnés.

Mais il y a aussi une question beaucoup plus profonde. Voulons-nous vraiment être découverts ? Avant de mourir, l’emblématique physicien Stephen Hawking n’a pas mâché ses mots sur le danger de contacter des extraterrestres dotés d’une technologie supérieure. Il a fait valoir qu’ils pouvaient être dotés de mauvaises intentions et que, si on leur donnait l’emplacement de la Terre, ils pourraient décider de détruire l’humanité. D’autres ne voient aucun risque supplémentaire, puisqu’une civilisation vraiment avancée connaîtrait déjà notre existence. À ce jour, il n’existe pas de règles internationales pour METI, les expériences vont donc se poursuivre malgré ces doutes. Pour l’instant, les espèces extraterrestres intelligentes restent de toute façon dans le domaine de la science-fiction.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20