Des magasins Mere en Belgique et en France: le ‘Lidl russe’ promet les prix les plus bas

Si l’annonce n’est pas encore officielle, plusieurs signes indiquent que la chaîne de hard discount Mere, la réponse russe à Aldi et Lidl, entame son expansion en Belgique. L’entreprise a déjà fait son entrée sur les marchés français et britannique.

Y a-t-il un nouveau rival dans l’arène belge des supermarchés à prix réduits ? Ce n’est pas encore officiel, mais si l’on en croit le site web Merebelgium.com destiné aux fournisseurs et aux commerçants potentiels, l’enseigne russe Mere compte ouvrir 10 magasins en Belgique cette année.

Mere est une marque qui appartient au groupe de vente au détail russe Svetofor et est active en Europe depuis 2017. D’abord dans les pays de la sphère d’influence de l’ex-Union soviétique, comme la Roumanie, la Pologne et la Lituanie, et depuis 2019 également en Allemagne, patrie d’Aldi et de Lidl.

Récemment, la chaîne russe a entamé une conquête au Royaume-Uni et en Europe occidentale. Mere peut compter sur un soutien solide. Svetofor possède plus de 1.500 magasins en Russie et est également active en Chine, au Kazakhstan, en Ukraine et en Biélorussie.

10 à 20% moins cher

‘Nous offrons à nos clients les prix les plus bas possibles grâce à la coopération directe avec les producteurs, une politique stricte de contrôle des coûts et une marge commerciale minimale. Dans notre magasin, le client paie pour les marchandises’, insiste l’enseigne russe.

Les magasins de Mere ressemblent beaucoup à un entrepôt, où de nombreuses palettes de produits alimentaires sont rudimentairement agencées. Les produits proviennent souvent de fournisseurs peu connus ou d’achats en vrac auprès d’un producteur en difficulté. Avec cette approche au rabais radicale, Mere assure qu’il pratique des prix de 10 à 20% moins cher que la concurrence locale.

Selon son site belge, Mere entend ‘se développer sur le marché au rythme des demandes et des besoins des clients’. L’entreprise a en tout cas établi un siège social sous le nom Lightkommerz depuis octobre dernier près de l’avenue Louise à Bruxelles, vraisemblable tête de pont pour la Belgique. Selon l’acte de constitution, la société est active dans le commerce de détail et de gros, entre autres, de produits alimentaires, d’électronique et de boissons et dans l’exploitation de supermarchés.

La semaine dernière, Lightkommerz a lancé la recherche d’un gestionnaire de catégorie via des sites d’emploi en français, un acheteur qui doit sélectionner les catégories de produits qui fonctionneront dans les rayons des magasins.

Aussi en France

Si les projets belges de Mere restent pour l’instant quelque peu clandestins, les ambitions ailleurs en Europe occidentale se concrétisent. Le média Capital.fr rapporte que Mere prévoit d’ouvrir trois magasins en France dans les mois à venir. Le site français de Mere ne donne pas de chiffres, mais parle de futurs magasins dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Hauts-de-France.

La chaîne se montre stricte là aussi quant aux conditions pour les fournisseurs : le prix du produit au supermarché, incluant tous les frais de transport, doit être inférieur de 20 à 30% à celui de la concurrence. Comment ? ‘Cela peut en partie être réalisé en économisant sur l’emballage et ses dimensions. Nous n’avons pas besoin d’emballages brillants et très attrayants’, explique Mere. Et pour les marques bien connues et bien implantées sur le marché, la différence de prix devra même avoisiner les 50% de réduction.

Au début de cette année, le discounter a débarqué en Espagne et au Royaume-Uni. Les ventes en Italie et en Autriche démarrent également.

Plus
Lire plus...
Marchés