Des Danois infectés par une nouvelle forme du Covid-19 transmise par des visons: ‘Une situation très très grave’

Tous les visons du Danemark vont être abattus – Isopix

Alors que les vaccins contre le Covid-19 devraient être distribués à travers l’Europe au cours du premier trimestre 2021, une mutation du virus survenue au Danemark pourrait tout faire basculer. Le pays scandinave a décidé de prendre ses responsabilités.

‘Une situation très très grave’. C’est par ces mots que la Première ministre danois Mette Frederiksen a évoqué la nouvelle forme de coronavirus détectée chez douze de ses citoyens ces dernières semaines.

Si les mutations du virus sont ‘normales’ et qu’on en a déjà connu de nombreuses depuis le début de la pandémie, le Danemark prend celle qui émerge sur son territoire très au sérieux. Et pour cause ! La Première ministre indique que celle-ci compromettrait la formation des anticorps. Ce qui menacerait l’efficacité des vaccins en cours de développement et dont la commercialisation est prévue en Europe pour le premier trimestre 2021.

17 millions de visons vont être abattus

Sur les 783 infections au coronavirus (toutes formes confondues) relevées dans le Jutland du Nord, près de la moitié aurait été transmise par des visons. Ces animaux auraient attrapé le virus qui, dans certains cas, aurait muté chez eux avant de revenir chez les humains. Cette région du Nord du Danemark abrite de nombreux élevages de visons, dont la fourrure est utilisée dans l’industrie textile.

Parmi les douze personnes ayant contracté la nouvelle forme du virus, qui représenterait une menace pour l’efficacité des vaccins, au moins cinq d’entre elles auraient été infectées après avoir été en contact avec des visons.

‘Nous avons une grande responsabilité envers notre propre population, mais avec la mutation qui a maintenant été décelée, nous avons une responsabilité encore plus grande envers le reste du monde’, a déclaré Mette Frederiksen.

Pour prendre le problème à bras le corps, les autorités danoises ont décidé de procéder à l’abattage de tous ses visons, soit 15 à 17 millions d’animaux répartis dans plusieurs centaines de fermes du pays.

Des précédents

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, ce n’est pas la première fois qu’un pays décide de tuer un grand nombre de visons. L’Espagne en a déjà abattu 100.000 en juillet après qu’une épidémie a été détectée dans des élevages dans la communauté autonome d’Aragon, au Nord-Est du pays. Les Pays-Bas en ont quant à eux déjà abattu quelques milliers.

Mais les plans du Danemark, qualifiés ‘d’entreprise de très grande ampleur’ par le chef la police Thorkild Fogde, vont être la plus importante action jamais réalisée en Europe.

Le Danemark est le plus grand producteur mondial de visons. En 2020, la valeur totale de la population des visons y était estimée entre 350 et 400 millions d’euros.