Des chercheurs sud-coréens ont réussi à créer de la peau de caméléon: à quoi cela peut-il servir à l’humain ?

Capable d’adapter son apparence à son environnement, le caméléon a toujours intrigué les humains. Au point de vouloir l’imiter. Et d’y parvenir. Des chercheurs sud-coréens viennent de mettre au point un matériau doté des mêmes spécificités que celles de la peau de ces reptiles.

L’équipe de chercheurs, dirigée par Ko Seung-hwan, professeur d’ingénierie mécanique à l’Université nationale de Séoul, s’est largement inspirée de ce qu’elle savait du caméléon pour concevoir un matériau tout à fait atypique. Celui-ci a été créé à l’aide d’une encre spéciale qui change de couleur en fonction de la température: elle est contrôlée par de minuscules éléments chauffants flexibles.

Plus précisément, le professeur Ko et son équipe ont créé un matériau à base d’une encre de cristaux liquides thermochromiques (TLC) et de nanofils d’argent multicouches empilés verticalement. Et ils en ont revêtu un robot ressemblant à un caméléon, doté de capteurs de détection des couleurs.

« Les informations de couleur détectées par les capteurs sont transférées à un microprocesseur, puis à des éléments chauffants en nanofils d’argent. Une fois que les éléments chauffants atteignent une certaine température, la couche de cristaux liquides thermochromiques change de couleur », explique M. Ko, cité par Reuters.

L’épaisseur totale de ce matériau est inférieure à cent micromètres. Elle est donc plus fine qu’un cheveu humain. Grâce à des couches supplémentaires de nanofils d’argent en forme de points, de lignes ou de carrés, la peau artificielle peut créer des motifs complexes.

Quelle(s) utilité(s) ?

Le professeur Ko a expliqué à Reuters quelles pouvaient être les applications de son invention. Elles concernant des champs très divers, de l’architecture à l’utilisation militaire.

« Si vous portez un uniforme de camouflage dans le désert, vous pouvez être facilement exposé. Changer activement les couleurs et les motifs en fonction de l’environnement est la clé de la technologie de camouflage que nous avons créée », a-t-il indiqué.

« La peau flexible peut être développée comme un dispositif portable et utilisée pour la mode, les uniformes de camouflage militaires, l’extérieur des voitures et des bâtiments à des fins esthétiques, et pour la future technologie d’affichage », a ajouté le professeur sud-coréen.

Les recherches de son équipe ont été publiées dans la revue Nature Communications en août. Elles peuvent être consultées ici.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20