De plus en plus de méthaniers américains changent leurs plans pour se rendre en Europe: un indice qui ne trompe pas

De plus en plus de méthaniers transportant du gaz liquéfié (GNL) américain mettent le cap sur l’Europe. En raison de la pénurie d’énergie sur notre continent, des approvisionnements supplémentaires sont nécessaires pour faire baisser les prix.

En plus des navires qui étaient déjà en route depuis les États-Unis, sept autres navires se sont récemment dirigés vers l’Europe. Les méthaniers allaient initialement vers l’Asie du Nord, mais les besoins en gaz y sont moins urgents qu’en Europe. En Chine, on prévoit un climat plus doux, ce qui réduira les besoins en gaz. En outre, Pékin a également décidé d’augmenter la production de ses mines de charbon.

Chute des prix immédiate

Les données analysées par Bloomberg montrent que 15 méthaniers transportant du gaz américain sont clairement en route pour l’Europe. Immédiatement après l’annonce de la nouvelle, le prix du gaz a chuté, perdant près de 50% en une semaine. En plus de l’arrivée des méthaniers, la hausse des températures prévue pour ces prochains jours explique également la baisse des prix.

Les navires n’accosteront pas tous dans le même port: ils seront répartis dans toute l’Europe. Le Royaume-Uni, la France et l’Espagne recevront chacun quatre navires ; les Pays-Bas, Gibraltar et Malte un chacun.

En outre, on répertoriait la semaine passée une dizaine d’autres méthaniers avec du gaz américain dont la destination n’a pas été déclarée, mais dont le trajet suggère qu’ils se dirigent vers l’Europe. Parmi eux, il y a le Minerva Chios, qui a quitté la Louisiane à la mi-novembre et qui se trouvait dans l’océan Indien avant d’être réacheminé vers le Vieux Continent la semaine dernière. Il a récemment accosté à Lavrio, en Grèce.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20