Corona-panique: aux USA, la population achète des armes lourdes comme du papier toilette

Stand de tir en Virginie (Isopix)

Du jamais vu: aux États-Unis, où la population est déjà armée jusqu’aux dents, les ventes d’armes et de munitions ont explosé. Plusieurs états vendent actuellement 4 à 5 fois plus qu’à l’habitude. La normalité aux États-Unis n’était déjà pas tout à fait normale. Une autre tendance préoccupante: les Américains qui ne sont habituellement pas pour les armes sont de plus en plus à en acheter.

Il y a quelques désaccords sur le nombre exact d’armes qui circulent aux États-Unis. Mais il y a une chose de sure: il y en a vraiment, vraiment beaucoup. Selon le Congressional Research Service, à peu près 310 millions d’armes sont stockées dans les maisons américaines: 114 millions d’armes légères, 110 millions de fusils et 86 millions de carabines. Cependant ce chiffre est certainement plus élevé. Seules les armes enregistrées sont comptabilisées.

En 2005, la Small Arms Survey a estimé le nombre d’armes pour 100 citoyens américains entre 88,8 et 95,3. Aujourd’hui, 15 ans plus tard, l’estimation est supérieure à 100. Cela signifie qu’il y aurait plus d’une arme par personne, enfants et personnes âgées comprises.

Les Américains ne représentent que 4,4% de la population mondiale. Pourtant, ils possèdent près de la moitié des armes civiles en circulation. Notons que ces chiffres sont un peu dépassés, car depuis que Donald Trump est au pouvoir, plus d’un million d’armes sont vendues chaque mois. Enfin, ça, c’était jusqu’à la crise du coronavirus. Maintenant, c’est complètement parti en vrille.

Un changement de tendance inquiétant

Ce qui est troublant, c’est la rupture brutale de la tendance. 65% des armes mentionnées juste ci-dessus appartiennent aux 20% des plus gros collectionneurs d’armes à feu. Une autre étude, un peu dépassée (les chiffres ont surement augmenté depuis lors), montre que les familles qui ont des armes n’en ont pas qu’une seule, mais trois. Et ça, c’est le chiffre médian. La moyenne, elle, est à 6,6 armes par famille armée.

Il y a 30 ans, on dénombrait 200 millions d’armes dans la population américaine. Mais, beaucoup plus de familles avaient une arme à la maison. Presque 50%. Aujourd’hui, elles ne sont plus que 40% pour deux fois plus d’armes en circulation.

Mais depuis le début de la crise du coronavirus, il semble qu’une grande partie de la clientèle qui a poussé la porte d’un magasin d’armes est composée de ‘primo acheteurs’. Et ce qu’ils achètent ne fait pas vraiment partie de l’arsenal habituel d’un novice. Ils ne s’intéressent pratiquement pas aux carabines et aux petits pistolets. Leur choix se porte directement sur des armes lourdes. Les demandes pour les fusils d’assaut semi-automatique AR-15 ont particulièrement augmenté.

En février, près de 3 millions d’Américains qui ont un permis de port d’armes en ont acheté une. Les chiffres pour mars ne sont pas encore connus, mais il est sûr qu’ils sont encore plus élevés. Les enquêtes auprès des vendeurs montrent que 40% des armes disponibles directement au comptoir sont achetées par des ‘primo acheteurs’.

Des Asio-américains effrayés

Il est difficile de donner un aperçu détaillé du rush. Mais il y a des indications. Un important marchand de munitions en ligne, Ammo.com, a publié ses chiffres de ventes réalisés entre le 23 février et le 4 mars. Sur cette période de 11 jours, les ventes ont augmenté 68% par rapport à ce qui a été réalisé du 12 au 22 février. Pire: en Caroline du Nord et en Géorgie, elles étaient respectivement 179% et 169% plus élevées. Les ventes ont aussi bien augmenté dans les États de Pennsylvanie, du Texas, de Floride, de l’Illinois et de New York.

Dans un communiqué, Alex Horsman, marketing manager pour Ammo.com, a déclaré: ‘Nous savons que certaines choses affectent la vente de munition, en particulier les événements politiques ou l’instabilité économique, qui font penser aux gens que leurs droits pourraient être violés. C’est notre première expérience avec un virus qui provoque une telle augmentation des ventes’.

Si on exclut la peur générale autour du coronavirus, plusieurs pics des ventes d’armes semblent avoir des causes politiques. Cela se montre particulièrement à Washington et en Californie. Là-bas, les armes ont été achetées en nombre par des Américains d’origine asiatique. Ils ont peur d’être victimes de xénophobie et de racisme depuis que le covid-19 est connu comme une maladie venant de Chine. C’est ce qui ressort d’une étude de The Trace, une organisation journalistique spécialisée dans les nouvelles du marché des armes.

‘Les gens paniquent parce qu’ils ne se sentent pas en sécurité. Ils s’inquiètent d’une possible émeute ou peut-être qu’ils vont attaquer les Chinois’, a déclaré David Liu, marchand d’armes sino-américain aux journalistes de The Trace.

Aucun confiance dans le gouvernement

Une autre cause de l’augmentation locale de la vente d’arme à feu est la crainte que les élus locaux décident d’en limiter l’accès. Par exemple, un maire dans l’Illinois a récemment signé un décret qui lui donne le droit d’interdire à tout moment la vente d’armes et de munitions. Même chose à la Nouvelle Orléans.

‘Les politiques et les lobbies anti-armes nous disent depuis longtemps que nous n’avons pas besoin d’armes. Mais pour le moment, beaucoup de personnes ont vraiment peur et peuvent prendre la décision par eux-mêmes’, énonce l’excuse bien courante. On peut aussi entendre souvent: ‘Les gens n’ont pas assez confiance dans le gouvernement pour croire qu’ils vont garder la situation sous contrôle. Ils n’ont pas oublié les catastrophes pour lesquelles le gouvernement n’est pas venu en aide, ou bien l’ont fait mais trop tard.’

Lire aussi: