La Corée du Sud veut aussi aller sur la Lune et sur Mars : « Les pays dotés d’une vision spatiale seront à la tête de l’économie mondiale »

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a exposé les projets ambitieux de son pays lors d’un discours prononcé au Korea Space Forum, qui, selon les organisateurs, est « la première conférence en Asie du Nord-Est à se concentrer entièrement sur la nouvelle industrie spatiale ».

Pourquoi est-ce important ?

De plus en plus de pays et d'entreprises rejoignent la nouvelle course à l'espace. Cette conquête jouera un rôle de plus en plus important au cours du siècle à venir. Après tout, il y a une réserve pratiquement infinie de ressources dans l'univers.

L’essentiel : Séoul veut réaliser de grandes choses dans l’espace.

  • Selon SpaceNews, le président Yoon a déclaré au public présent que le pays allait créer une agence spatiale nationale l’année prochaine. Sa structure sera basée sur celle de son homologue américaine, la NASA.
  • Le budget spatial du pays sera également doublé au cours des cinq prochaines années. D’ici 2045, pas moins de 100.000 milliards de wons (environ 73 milliards d’euros) seront investis dans le secteur.
  • En comparaison, le budget spatial sud-coréen pour l’année 2022 est de 734 milliards de wons, soit un peu moins d’un demi-milliard d’euros.
  • « À l’avenir, les pays ayant une vision spatiale seront à la tête de l’économie mondiale et seront en mesure de résoudre les problèmes auxquels l’humanité est actuellement confrontée », a déclaré le président sud-coréen. « Le rêve de devenir une puissance dans l’espace n’est pas lointain. Ce sera une opportunité et un espoir pour les enfants et la jeunesse. »
  • Selon Yoon, la Corée du Sud fera atterrir un robot sur la Lune en 2032. Une mission non habitée vers Mars suivra en 2045. Cette date a été choisie parce que la Corée du Sud a été libérée de la domination coloniale japonaise en 1945.

Les détails : la Corée du Sud passe à la KASA.

  • La Corée du Sud va développer un nouveau moteur de fusée pour une mission sur la lune. Cela devrait prendre environ cinq ans.
  • L’agence spatiale pourrait s’appeler Korea Aerospace Administration (KASA). Elle devrait regrouper sous une même entité les projets spatiaux actuels du pays, qui sont pour l’instant répartis entre différentes agences.
  • Il y aura également un plan quinquennal, qui précisera les projets de la Corée du Sud. Les autorités annonceront bientôt plus de détails.
  • Le gouvernement sud-coréen va également investir davantage dans l’industrie spatiale privée.
  • Enfin, le pays souhaite coopérer plus étroitement avec les États-Unis, principalement en matière de sécurité nationale. « L’alliance coréo-américaine sera étendue à l’alliance spatiale coréo-américaine », a indiqué Yoon lors de son discours.

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20