“Congé Bébé” chez Kering : en route vers l’égalité père et mère

Le groupe dédié au luxe bouscule les codes.

À partir du 1er janvier 2020, il accorde à tous ses employés un ‘socle commun de 14 semaines de congés, payées à ‘100% du salaire’, pour toute adoption ou naissance d’un ou plusieurs enfants. Et ce indépendamment du genre de leur employé(e). Pères et mères sont donc égaux dans la politique des ressources humaines chez Kering !

Promouvoir un équilibre

En garantissant les mêmes avantages sociaux à tous ses employés, l’entreprise espère offrir à ses employés un meilleur équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle.

Anéantir le plafond de verre

Mais les ambitions du groupe responsable de marques comme comme Gucci, Boucheron ou Saint-Laurent sont encore plus vastes.

En mettant les pères et les mères sur un pied d’égalité par rapport aux congés parentaux accordés, Kering espère que le plafond de verre auquel se heurte les employées ne sera plus qu’un lointain souvenir.

En effet, il ne sera plus pertinent de privilégier un homme à une femme au sein des politiques de ressources humaines, si l’un comme l’autre peut être absent durant la même période lors de l’arrivée d’un enfant.

Politique inclusive globale

Kering n’en est pas à son coup d’essai en ce qui concerne les politiques d’égalité salariale ou la limitation des inégalités de genre. Outre la signature de plusieurs Chartes, sa politique d’égalité salariale entre hommes et femmes à poste équivalent ou sa Fondation, Kering met en place des programmes de soutien concrets.

On peut citer l’exemple de Women In Motion qui met ‘en lumière la contribution de femmes dans le cinéma, la photographie’ et d’autres domaines.

Illustration en chiffres

Toujours dans un souhait d’égalité, Kering est fière de son ratio hommes/femmes au sein de ses rangs. On peut citer l’exemple de leur Conseil Executif, composé à 31% de femmes, ou de leur Conseil d’Administration, féminisé à 60%.


Le ‘Congé bébé’ a donc de fortes chances de ne pas être du Gender Washing, mais un véritable changement au sein des ressources humaines en entreprise.