Comment la Russie et l’Otan montrent les muscles en mer Noire

La Russie se lance dans un exercice militaire de grande ampleur alors que les forces de l’Otan sont en manœuvre dans la même région.

Alors que, la semaine dernière, les démonstrations de force – réelles ou supposées – se multipliaient en mer Noire entre l’armée russe et l’OTAN, Vladimir Poutine n’hésitait pas à minimiser les conséquences d’un affrontement potentiel. « Couler un navire de l’OTAN ne mènerait pas le monde vers une guerre mondiale« , avait assuré le président russe.

Et comme un écho à cette déclaration, voilà que le ministère russe de la Défense annonce que ses forces navales et aériennes venaient d’effectuer un entraînement de lutte anti-navires en mer Noire. « Des chasseurs polyvalents Su-30M et des bombardiers tactiques Su-24M de l’aviation navale de la Flotte de la mer Noire ont été impliqués, de même que des chasseurs-bombardiers Su-34 et des intercepteurs Su-27 des forces aériennes du district militaire sud », a précisé le ministère. Ceux-ci avaient apparemment pour mission de s’en prendre à une force « ennemie » représentée par deux navires de débarquement russes.

Cet exercice a donc eu lieu en même temps que Sea Breeze 2021, le grand exercice naval des forces de l’OTAN, qui se tient en ce moment même, lui aussi, en mer Noire. Ces manœuvres regroupent 5.000 militaires et 30 navires venus d’une trentaine de pays, et elles ont provoqué leur lot de tension avec Moscou. La Russie prétend ainsi avoir tiré des coups de semonce sur un destroyer britannique aventuré dans les eaux territoriales de la Crimée annexée, ce que le Royaume-Uni dément. Quelques jours plus tard, c’est une frégate néerlandaise qui était survolée de manière menaçante par des avions russes.

Dans cette double démonstration de force, c’est sur le terrain de la communication que l’on rend coup pour coup. Mais justement, en mer Noir, il semblerait que certaines informations passent mal : alors que chaque navire doit être identifié et localisé par un système d’identification automatique [AIS], plusieurs navires américains ont été reportés comme en mer sur les sites du contrôle maritime international. Or ce n’était visiblement pas le cas, et l’US Navy est allée jusqu’à publier des photos d’un de ces navires à quai à Odessa pour démontrer qu’il ne naviguait pas 10 kilomètres plus loin, au large de la Crimée ! D’étranges problèmes techniques qui ne font qu’épaissir le brouillard de guerre. Dans ce qui n’est encore que des exercices.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés