Coca-Cola Services met la moitié de ses employés belges à la porte

Jusqu’ici, Coca-Cola comptait encore 82 200 employés dans le monde. – Lorenzo Carnero/Zuma Press

La société américaine de boissons Coca-Cola va licencier 2.200 personnes dans le monde. En Belgique, 95 emplois -sur 191 des postes occupés dans le département Services de Coca-Cola – vont être supprimés. La filiale belge a toutefois précisé que de nouveaux emplois seraient créés et que les employés actuels pourraient postuler pour ces offres.

Cette mesure était nécessaire pour faire face à l’impact de la crise, qui a miné les ventes du groupe. C’est en tout cas ce qu’a annoncé la direction de l’entreprise. Avec cette nouvelle organisation, la société espère réaliser des économies annuelles de 350 à 550 millions de dollars. Jusqu’ici, Coca-Cola employait environ 86.200 personnes dans le monde, dont 2.400 ici en Belgique et au Luxembourg.

Aux États-Unis, 1.200 emplois seront supprimés. Cela permettra de réduire la main-d’œuvre américaine de Coca-Cola d’environ 12%. À Atlanta, où se trouve le siège du groupe, pas moins de 500 postes seront supprimés.

En Belgique

Coca-Cola possède des filiales à Anderlecht, Anvers, Londerzeel, Hasselt et Heppignies, en plus de sa grande usine à Gand. Tous appartiennent à Coca-Cola European Partners (embouteilleur), une entité distincte. L’ensemble emploie 2.400 personnes en Belgique et au Luxembourg. Elles ne sont pas concernées par ces licenciements.

Les 95 personnes qui vont être licenciées se trouve dans une autre entité, Coca-Cola Services. Les négociations avec les syndicats sont terminées et la procédure légale a commencé. ‘Par cette réduction des effectifs, Coca-Cola veut répondre à l’évolution rapide du marché’, déclare la porte-parole Laura Brems.

Mais l’entreprise va également créer des emplois supplémentaires ‘pour encourager de nouvelles méthodes de travail’, poursuit-elle. ‘Étant donné que nos employés peuvent postuler pour ces emplois, nous nous attendons à ce que l’impact réel soit moindre’, déclare M. Brems.

Coca-Cola avait déjà annoncé une réduction de ses effectifs l’été dernier. L’entreprise a ensuite déclaré qu’elle proposerait un plan de départ volontaire à 4.000 employés aux États-Unis, au Canada et à Porto Rico.

La société avait également annoncé qu’elle allait simplifier sa structure. Ces plans comprenaient une réorganisation de dix-sept divisions différentes en quatre grands départements. Coca-Cola n’a pas dit quelles divisions spécifiques seraient touchées par la réduction des effectifs.

Abandon de marques

Au cours du troisième trimestre de cette année, Coca-Cola a enregistré des ventes à concurrence de 8,7 milliards de dollars. Cela représente une diminution de 9% par rapport à la même période l’année dernière. En cause, l’épidémie, qui a fait chuter les ventes des boissons dans les restaurants, sans oublier que plusieurs restaurateurs ont déjà fermé leurs portes de façon définitive. 

Coca-Cola dit vouloir se concentrer dorénavant sur ses segments les plus populaires, comme les marques Coke et Coke Zero. En octobre, le groupe avait déjà annoncé son intention de retirer deux-cents marques du groupe, sous-entendu, que Coca-Cola allait abandonner la moitié de son portefeuille de marques.

En début d’année, la fin des marques Odwalla, Zico et Tab, entre autres, devrait être annoncée.