Chez Ryanair, des baisses de salaire ou 3.500 emplois passent à la trappe

La compagnie aérienne low cost Ryanair a d’ores et déjà prévu de supprimer environ 3.500 postes suite à la crise du coronavirus. Mais son CEO, Michael O’Leary, assure ce mercredi qu’il pourrait en être autrement si son personnel acceptait des réductions de salaire.

Ryanair a récemment annoncé la suppression de 250 emplois administratifs dans ses bureaux européens. La compagnie avait également déclaré qu’elle envisageait jusqu’à 3.000 suppressions de postes, parmi les pilotes comme le personnel de cabine.

‘Nous avons déjà annoncé environ 3.500 suppressions d’emplois, mais nous sommes engagés dans des négociations approfondies avec nos pilotes et notre personnel de cabine. Nous leur demandons à tous d’accepter des réductions de salaire comme alternative aux pertes d’emplois’, a déclaré Michael O’Leary à la BBC ce mercredi matin.

‘Nous demandons une baisse de 20% aux commandants de bord les mieux payés et de 5% au personnel de bord le moins bien payé’, a encore précisé le CEO de la compagnie low cost.

Et Michael O’Leary de conclure: ‘Nous pensons que si nous parvenons à négocier ces réductions de salaires via un accord, alors nous pourrons éviter la plupart des pertes d’emplois, mais pas toutes.’

‘Chantage’

Ce n’est pas la première fois que Ryanair fait part de son intention de mettre en balance baisses de salaire et suppressions d’emploi. Début juin, le principal syndicat des travailleurs de la compagnie en France avait déjà dénoncé un ‘chantage’ de la part de leur employeur.

Le Syndicat National des Pilotes de Ligne avait déclaré avoir reçu un ultimatum: des baisses de salaire de l’ordre de 10 à 20% ou le licenciement de 29% des pilotes et 27% des copilotes en France.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20