Cette étude pourrait faire revenir les supporters dans les stades de football

La Johan Cruyff Arena, le temple du football de l’Ajax Amsterdam, est actuellement utilisée par des chercheurs pour étudier la manière dont les aérosols (éventuellement contaminés) se répandent dans les grandes foules. À cette fin, de petites gouttelettes, censées représenter de la salive, sont pulvérisées dans les tribunes vides. Les scientifiques espèrent qu’ils pourront contribuer au retour rapide et sécurisé des événements sportifs avec un public.

On sait que les aérosols, ces petites gouttelettes invisibles qui sont libérées lors de l’expiration et qui peuvent rester en suspension dans l’air, peuvent propager le coronavirus au sein d’une foule. Mais en apprenant plus sur le comportement de ces particules dans l’environnement d’un stade, les organisateurs de grands événements espèrent être en mesure de les aspirer efficacement à l’avenir. De quoi peut-être permettre de remplir à nouveau les tribunes et les salles de concert.

Capter les aérosols

L’université de technologie d’Eindhoven étudie en ce moment cette question sur les terres de l’Ajax Amsterdam. Des générateurs d’aérosols répandent dans l’air une quantité de gouttelettes comparable à celle émise par une masse de supporters enthousiastes. Et toute une série de capteurs enregistrent la propagation de ces petites particules.

Des recherches sont nécessaires afin de déterminer si les aérosols peuvent être éliminés de l’air grâce à des filtres spécifiques, comme la filtration plasma, via la fibre de verre ou le carbone. L’étude peut s’avérer cruciale pour le retour des grands événements car jusqu’à présent, on ne trouvait guère d’informations dans la littérature scientifique sur le comportement des aérosols dans un tel environnement.

Retour des grands événements

‘Nous voulons avoir un aperçu du comportement des aérosols dans un stade rempli de supporters de football’, explique le chercheur principal Bert Blocken à l’agence de presse Reuters. ‘Les technologies de purification de l’air permettent de réduire considérablement les concentrations. En théorie, on peut rendre les stades sûrs en ce qui concerne la transmission du virus par aérosols.’

L’équipe de Bert Blocken espère obtenir prochainement l’autorisation de procéder à des tests avec un public de 730 personnes assises les unes à côté des autres. Le professeur en aérodynamique de l’université d’Eindhoven précise encore à Reuters que l’objectif est de remplir à nouveau les stades, grâce à une combinaison de tests à grande échelle, de masques et de purification de l’air.

Lire aussi: