Ces républicains qui veulent faire tomber Trump aux présidentielles de novembre

Donald Trump president
Donald Trump – Isopix

Jimmy Tosh, qui est à la tête d’une entreprise de plusieurs millions de dollars dans le Tennessee, a toujours été républicain. Il se dit ‘pour’ les armes à feu et soutient la réduction des impôts. Il est aussi en accord avec une grande partie du programme proposé par le président républicain Donald Trump. Pourtant, il s’oppose à sa réélection. Et il n’est pas le seul.

‘Je suis d’accord avec 80% des choses qu’il fait, mais je ne supporte pas le mensonge », a déclaré Jimmy Tosh. L’homme d’affaires compte parmi les Américains conservateurs les plus riches qui affirment que Trump est une menace pour la démocratie et la santé du parti républicain. Ils soutiennent tous activement Joe Biden lors du vote du 3 novembre, l’ancien vice-président Joe Biden.

Plusieurs donateurs du Lincoln Project, le plus important des groupes soutenus par les républicains s’opposant à la réélection de Trump, ont déclaré à Reuters que les républicains élus devraient également être punis pour avoir assisté Donald Trump dans chacune de ses démarches. Certains souhaitent même l’éviction de sénateurs républicains pour que les démocrates puissent reprendre le contrôle de la Chambre. 

Des sommes astronomiques

De nombreux donateurs ont investi énormément d’argent pour faire chuter le président américain. Il faut dire que Trump ne s’est pas fait beaucoup d’amis ces derniers temps, d’autant plus qu’il a été critiqué à maintes reprises pour sa mauvaise gestion de l’épidémie.

Le continent américain semble donc polarisé: d’un côté les ‘pour’, de l’autre les ‘contre’. Ces mouvements ‘anti-Trump’ auront-ils raison du président? Pas certain. En 2016, l’initiative ‘Never Trump’ n’était pas parvenue à stopper l’ascension du milliardaire. Mais cette année pourrait être différente, ont déclaré certains stratèges des deux partis. ‘Ce qui différencie 2020 de 2016, ce sont les montants et les efforts engagés dans cette bataille’, a déclaré Karen Finney, démocrate et porte-parole de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton en 2016. 

90% des républicains soutiendraient encore Trump

Outre le Lincoln Project, plusieurs groupes soutenus par les républicains ont été formés ces derniers mois pour soutenir Joe Biden, dont le ‘43 Alumni for Biden’, qui regroupe des centaines de fonctionnaires ayant servi sous l’administration du président républicain George W. Bush. Le mouvement se veut également une coalition d’anciens responsables républicains de la sécurité nationale.

D’autres sont sceptiques et notent que Trump bénéficie toujours du soutien de près de 90% des républicains. Rien qu’en juin, la campagne de Trump avait permis de récolter 55,2 millions de dollars, contre les 20 millions de dollars récoltés par le Lincoln Project depuis sa création en décembre dernier. Pourtant, si le prochain scrutin se veut aussi serré qu’en 2016, ces quelques voix pourraient faire pencher la balance, selon les analystes. 

Jimmy Tosh, qui a donné 11 000 dollars au Lincoln Project a déclaré qu’il pourrait aussi adresser des dons  à d’autres groupes dirigés par des républicains pour évincer le président. ‘J’ai pris la décision de ne pas soutenir un candidat républicain aux élections tant que Trump ne sera pas parti’, a-t-il déclaré.

Soutenus par les démocrates

Parmi les autres grands donateurs  qui soutiennent le Lincoln Project, on peut citer  Christy Walton, l’héritière de Walmart, qui a octroyé des dons aux candidats démocrates ces dernières années ; le milliardaire Andy Redleaf, qui siège au Conseil d’administration de la Société fédéraliste conservatrice ; et Sidney Jansma , un cadre du Michigan spécialisé dans le pétrole et le gaz, qui fait régulièrement des dons aux causes et aux candidats républicains.

Les conservateurs ne sont pas les seuls à adresser des dons aux groupes républicains ‘anti-Trump’. Le Lincoln Project, par exemple, perçoit également des sommes importantes des démocrates, comme l’attestent les documents déposés auprès de la Commission électorale fédérale. En juin, son plus gros don, qui se chiffrait alors à un million de dollars, avait été réalisé par un gestionnaire de fonds démocrate appelé Stephen Mandel, un donateur démocrate prolifique.

Andrew Redleaf, fondateur du fonds spéculatif Whitebox Advisors, basé dans le Minnesota, a quant à lui déclaré que Joe Biden sera le premier candidat démocrate à la présidence pour lequel il aura voté.