Trump va déployer 230 agents fédéraux à Chicago et à Albuquerque

De Amerikaanse president Donald Trump. - EPA
Donald Trump. – EPA

 

Le président Donald Trump a dévoilé mercredi un plan visant à renforcer les effectifs des agents fédéraux à Chicago et à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, pour réprimer la violence et rétablir ‘l’ordre public’.

Face à une criminalité en hausse observée cet été dans les grandes villes du pays comme New York, Chicago, Philadelphie, Los Angeles, Atlanta ou Baltimore, Donald Trump fustige les responsables démocrates en les accusant de laxisme. Il a donc décidé de prendre les choses en main. ‘J’annonce une forte hausse des forces de l’ordre fédérales dans les populations affectées par la criminalité violente’, a-t-il  déclaré. ‘Ce carnage doit cesser ; ce carnage cessera’, a-t-il ajouté.

Le programme consiste à déployer des agents fédéraux pour aider la police locale à combattre ce que le ministère de la Justice a décrit comme une ‘poussée’ de la criminalité violente.

Aider, mais pas réprimer

‘Environ 200 agents seront envoyés à Chicago, 30 à Albuquerque (Nouveau-Mexique), et 200 se trouvent déjà à Kansas City (Missouri)’, a-t-il déclaré.

La maire de Chicago, Lori Lightfoot, et le gouverneur du Nouveau-Mexique, Michelle Lujan Grisham, tous deux démocrates, ont salué l’aide, pour autant qu’elle contribue à aider les forces locales. Les deux responsables réfutent néanmoins la mobilisation d’agents fédéraux dans des cas de figure similaires à ceux observés à Portland, dans l’Oregon et à New York. Le maire de New York, Bill De Blasio, a lui répété que sa ville attaquerait le gouvernement fédéral en justice si les agents fédéraux persistaient.

Des manifestants auraient en effet été arrêtés sans qu’on leur fournisse de motif et ces méthodes sont largement contestées par les démocrates. Les deux maires se sont engagés à mener une action en justice si des faits similaires étaient constatés à Chicago et d’Albuquerque. ‘Si l’administration Trump souhaite contrarier les Néo-Mexicains et les Américains avec des ‘mesures de répression’ autoritaires, inutiles et non justifiées de type militaire’, elle n’a rien à faire au Nouveau-Mexique », a déclaré Lujan Grisham dans un communiqué.

Remonter sa cote?

Par cette approche, Trump, fortement critiqué pour sa mauvaise gestion de l’épidémie, espère regagner la confiance de ses électeurs à 100 jours du scrutin présidentiel. Un sondage réalisé par ABC et le Washington Post  a en effet révélé que Joe Biden, son adversaire démocrate, le devançait de 15 points. Cette initiative risque toutefois de raviver les tensions dans de nombreuses villes, où les manifestations de solidarité envers le mouvement ‘Black Lives Matter’ se sont multipliées après le décès de George Floyd. 

Lori Lightfoot a déclaré qu’il n’était pas inhabituel pour les forces de l’ordre fédérales de travailler avec des partenaires locaux, mais a invité les habitants de Chicago à rester attentifs à tout signe de débordement de la part des agents fédéraux, notamment du Department Homeland Security (DHS).