Ce qui va changer lors de votre prochaine course Uber

Uber – (Isopix)

Avec le déconfinement qui s’intensifie dans une majeure partie du monde, Uber s’attend à ce que les chauffeurs reprennent du service. L’entreprise a développé un tout nouveau système pour veiller à la sécurité des conducteurs et des clients qui sera opérationnel à partir de lundi 18 mai.

Uber pense avant tout au transport de personnes car c’est son service qui pose le plus de problème. Deux personnes qui ne se connaissent pas se retrouvent coincées dans un petit habitacle, sans pouvoir conserver les distances de sécurité. Mais les nouvelles règles pourront aussi s’appliquer aux livreurs.

Port du masque

Le plus gros changement sera le port du masque. Pour avoir accès à l’application, les conducteurs devront prouver par un selfie qu’ils portent un masque. Mais ce principe va dans les deux sens. Il sera aussi demandé aux clients de confirmer qu’ils portent un masque et qu’ils se sont lavé les mains avant de commander leur Uber. Mais aucune photo ne sera exigée comme preuve.

Ensuite, Uber compte sur le bon sens de ses travailleurs et de ses clients et espèrent qu’ils le garderont en bonne position.

Toutefois, l’entreprise n’est pas dupe et elle sait que tout le monde ne respecte pas les règles s’il n’y est pas contraint. Les clients pourront donc annuler gratuitement leur course si le chauffeur ne porte pas de masque et inversement. Si ce type de comportements est repéré à plusieurs reprises, le chauffeur ou le client sera exclu de la plateforme.

Passager à l’arrière

La course en elle-même sera aussi réglementée. Ainsi, pour maintenir la plus grande distance sociale possible dans une voiture, le client devra obligatoirement s’asseoir à l’arrière du véhicule.

Il sera demandé au passager d’ouvrir la fenêtre pour éviter la concentration d’air potentiellement contaminé dans la voiture.

De plus, le nombre de passagers pour un même trajet sera limité à 3 et non plus à 4.

Matériel fourni

Uber a prévu d’envoyer des produits de désinfection et des équipements de protection aux livreurs et aux chauffeurs. Dara Khosrowshahi, CEO de la société, explique dans son communiqué de presse qu’Uber a fait une commande pour 50 millions de dollars comprenant des masques, des sprays et des lingettes désinfectantes, de la solution hydroalcoolique pour les mains et des gants.

La CEO annonce que cela sera envoyé directement au domicile des travailleurs. Si l’expédition n’est pas possible, les chauffeurs et livreurs achèteront leur propre équipement de protection et se feront rembourser par l’entreprise pour leurs achats. On ne sait pas dans quelle catégorie se trouve la Belgique.

Pour se protéger, les chauffeurs peuvent aussi installer des vitres entre l’avant et l’arrière de la voiture. Il existe aussi des séparations en plastique pour séparer le chauffeur et le passager. Mais Uber n’en fait pas mention dans son nouveau protocole. Si les chauffeurs veulent s’en procurer, ce sera certainement à leurs frais.

La société appliquera ces nouvelles règles au moins jusqu’à la fin du mois de juin. En fonction de la situation sanitaire, elles pourront être prolongées localement.