Ce lac pourrait répondre au plus grand défi des voitures électriques: « Assez de lithium pour toute la demande américaine et pour 40% de la demande mondiale »

Pour réussir à accompagner la montée en puissance des voitures électriques, le nerf de la guerre, c’est le lithium. Un métal incontournable pour fabriquer leurs batteries. Jusqu’à présent, son extraction est peu respectueuse de l’environnement, et certains estiment que, de toute façon, il n’y en aura jamais suffisamment sur Terre. Mais un lac californien suscite un vif enthousiasme: il est rempli de lithium.

Dans le sud de la Californie, tout près du Mexique, se trouve Salton Sea. Ne vous y trompez pas: ce n’est pas une mer, mais un lac. Autrefois haut lieu de villégiature, il a peu à peu rétréci, perdant de son attrait pour les touristes. Mesurant 82 km du nord au sud et 27 de large, il demeure toutefois le plus grand lac intérieur de Californie.

Et surtout, Salton Sea affiche un atout qui fait saliver le secteur des voitures électriques: il regorge de lithium liquide. D’après la Commission californienne de l’énergie, on en y trouve suffisamment pour répondre à la totalité de la demande future prévue des États-Unis et à 40% de la demande mondiale, rapporte la CNBC.

« L’un des plus grands champs d’énergie géothermiques au monde »

Sur place, les entreprises sont déjà à pied d’œuvre. Car, cerise sur le gâteau, l’extraction de cette immense quantité de lithium semble bien plus respectueuse de l’environnement que les techniques utilisées dans les mines à ciel ouvert ou même via des bassins d’évaporation qui, elles, ont une empreinte environnementale problématique.

À Salton Sea, les dégâts environnementaux peuvent être évités grâce aux fortes ressources géothermiques du lac. Onze centrales de ce type y sont déjà actives. Dix d’entre elles appartiennent à la division des énergies renouvelables de Berkshire Hathaway, BHE Renewables. L’autre est propriété de EnergySource, qui compte les multiplier. Une troisième société, CTR, va les rejoindre.

« Nous pompons déjà à la surface 50.000 gallons (189 m³) de saumure par minute dans l’ensemble de nos 10 installations géothermiques », explique Alicia Knapp, présidente et directrice générale de BHE Renewables, « et nous utilisons la vapeur de cette saumure pour produire de l’énergie propre. Nous sommes donc à mi-chemin dans la mesure où nous avons le lithium entre nos mains. »

« C’est l’un des plus grands champs d’énergie géothermique au monde », confirme Derek Benson, directeur de l’exploitation d’EnergySource Minerals, l’une des entreprises en train de construire des installations sur place, à côté de celles de BHE Renewables, auprès de CNN.

Il y a déjà eu des échecs, mais la donne a changé

Comme le souligne la CNBC, ce n’est pas la première fois que des entreprises s’intéressent à l’exploitation du lithium de Salton Sea. Mais aucune n’a réussi à y développer une installation à l’échelle commerciale. Sauf que, ces dernières années, la demande de lithium a explosé. Reste aux entreprises qui s’y lancent de prouver qu’elles peuvent en profiter pour rendre l’activité rentable.

Les trois sociétés en question misent sur des technologie semblables, à base d’échanges d’ions, pour récupérer le lithium du lac. Elles prévoient également chacune, chose rare, de raffiner le lithium sur place. Elles ne sont toutefois pas équipées pour s’occuper des étapes suivantes, telles que le traitement chimique et la fabrication des cellules de batterie, pour lesquelles l’Asie reste à la pointe.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20