Objectifs de production de véhicules électriques « impossibles » : « Il n’y aura pas assez de lithium sur la planète »

Les entreprises et les gouvernements occidentaux n’ayant pas réussi à établir une chaîne d’approvisionnement solide pour le lithium, il sera impossible d’atteindre les objectifs de production des voitures électriques. C’est ce qu’affirme Stuart Crow, président de la société minière australienne Lake Resources, dans le journal économique britannique Financial Times. Le lithium est un métal indispensable à la production des batteries des véhicules électriques.

Pourquoi est-ce important ?

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime qu'au moins 47 millions de véhicules électriques doivent être vendus chaque année dans le monde d'ici à 2030 pour que les émissions des transports soient conformes à l'accord de Paris sur le climat.

« Il n’y aura tout simplement pas assez de lithium sur la planète, peu importe qui l’exploite et qui le fournit, il n’y en aura tout simplement pas », a opiné le PDG de Lake Resources. « Les constructeurs automobiles commencent à sentir que les fabricants de batteries pourraient ne pas être en mesure de fournir ».

L’emprise de la Chine

Aujourd’hui, trois pays – l’Australie, le Chili et la Chine – exploitent environ 86 % de tout le lithium dans le monde. Crow a particulièrement dénoncé l’emprise de la Chine sur la chaîne d’approvisionnement de tant de matières premières différentes, y compris le métal le plus léger.

« À l’heure actuelle, la Chine possède essentiellement 70 à 80 % de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement des véhicules électriques et des batteries lithium-ion, et donc du stockage de l’énergie », a souligné M. Crow. « L’Occident a été remarquablement lent à adopter une stratégie pour tenter d’aider et de sécuriser la chaîne d’approvisionnement. »

Les batteries lithium-ion jouent donc un rôle crucial pour les gouvernements qui cherchent à décarboniser leur économie. Une Chine bien trop désireuse de dominer le marché des métaux, mais aussi la perturbation de la chaîne d’approvisionnement causée par le conflit en Ukraine et les sanctions contre l’économie russe ont accentué l’importance de la sécurité de l’approvisionnement, suggère le FT.

Extraction du lithium de la saumure

Lake Resources développe une usine de production de lithium en Argentine. Là-bas, le groupe utilisera une technologie mise au point par la société américaine Lilac Solutions, soutenue par Bill Gates, pour extraire le lithium directement de la saumure, plutôt que par la méthode plus courante de l’évaporation.

Le lithium provenant de la saumure des salines et des lacs d’Amérique du Sud est considéré comme « relativement facile à extraire ». Cependant, le sel doit être transformé, « ce qui nécessite beaucoup d’eau et est donc controversé », écrit le site scientifique néerlandais NEMO Kennislink.

Par exemple, la majeure partie de la production chilienne provient d’une saumure à forte concentration de lithium. Un lac salé typique, comme le lac chilien d’Atacama, est l’une des plus importantes zones d’extraction du lithium.

Pénurie

Lake Resources prévoit de produire 50.000 tonnes de carbonate de lithium par an d’ici 2025, et se concentre sur le développement de chaînes d’approvisionnement pour contrer la domination chinoise.

L’usine de Lake Resources en Argentine n’a pas encore produit de carbonate de lithium par elle-même, malgré sa création en 2015. Selon M. Crow, cela est dû au temps nécessaire pour développer des projets de lithium, que les constructeurs automobiles n’ont pas suffisamment pris en compte lorsqu’ils ont fixé leurs objectifs de production de VE.

« Les projections pour le déficit [de lithium] cette année vont de 50.000 tonnes à 400.000 tonnes, dans un marché qui semble avoir le potentiel de produire 450.000 tonnes par an », a-t-il ajouté. « A titre anecdotique, nous entendons parler de deux très grands fabricants de batteries sur le marché qui essaient d’acheter [chacun] 150.000 tonnes d’hydroxyde de lithium cette année. Et avec une offre de 450.000 tonnes, cela ne fonctionnera pas. »

Une performance solide

Le cours de l’action Lake Resources a plus que doublé en mars, portant la société à une capitalisation boursière de 2,5 milliards de dollars australiens (1,9 milliard de dollars américains).

Cette forte performance fait suite à l’annonce de la signature d’un protocole d’accord avec le groupe d’import-export japonais Hanwa pour la fourniture de 25.000 tonnes de carbonate de lithium par an. Aujourd’hui, la société a annoncé qu’elle avait signé un autre accord d’écoulement non contraignant avec le constructeur automobile américain Ford.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20