Boris Johnson tente de contrecarrer l’interdiction d’exportation européenne sur les vaccins AstraZeneca

Boris Johnson
Isopix

La semaine dernière, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a menacé d’interdire l’exportation vers le Royaume-Uni des vaccins d’AstraZeneca produits dans l’UE. Le Premier ministre britannique Boris Johnson cherche maintenant à opposer son veto à cette mesure avant que les dirigeants européens ne se réunissent jeudi pour discuter de la question.

Halix, le sous-traitant néerlandais d’AstraZeneca, qui n’a pas livré de vaccins à l’Union européenne ces dernières semaines malgré ses obligations contractuelles, ne sera plus autorisé à livrer des doses au Royaume-Uni. C’est du moins ce que souhaite la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

L’usine néerlandaise d’Halix n’avait toujours pas livré une seule dose au début du mois de mars, malgré que le fait que l’Union européenne ait signé un contrat avec AstraZeneca il y a six mois pour des livraisons depuis cette division. Pourtant, Ursula von der Leyen entend continuer à renforcer le contrôle sur les stocks de vaccins européens et ainsi arrêter de manière préventive l’exportation de vaccins depuis le site néerlandais.

Le fait que le Royaume-Uni ait également signé un contrat avec AstraZeneca pour les vaccins du fournisseur néerlandais n’arrête pas Mme von der Leyen. ‘Nous avons la capacité d’arrêter une exportation planifiée’, a déclaré la présidente la Commission au groupe de médias allemand Funke dans une interview ce week-end. ‘C’est le message que nous adressons à AstraZeneca: vous devez remplir vos obligations contractuelles envers l’Europe avant d’exporter vers d’autres pays.’

Ursula von der Leyen et les dirigeants européens soupçonnent la possible présence de grandes quantités de vaccins stockés sur le site néerlandais Halix, et prêts à être exportés vers le Royaume-Uni. En effet, le contrat avec AstraZeneca désignait le site néerlandais comme l’une des plus grandes usines qui fabriquerait le vaccin.

Une éventuelle interdiction des exportations sera décidée lors d’un sommet européen jeudi. À l’approche de ces négociations, Boris Johnson va appeler plusieurs dirigeants européens pour tenter de contrecarrer l’interdiction d’exportation.

‘Protectionnisme vaccinal’

La liste des contacts de Boris Johnson pour cette semaine comprend le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel.

Dimanche, les Britanniques ont pu se féliciter d’un record national de 844.000 vaccinations complètes. Mais la menace d’une interdiction d’exportation européenne vient désormais mettre un frein à l’optimisme. ‘Cette initiative reviendrait à construire un mur autour du Royaume-Uni et ne ferait que nuire aux intérêts des citoyens britanniques et des résidents de l’UE’, a déclaré Ben Wallace, le ministre britannique de la Défense. Les Britanniques estiment également qu’un protectionnisme vaccinal européen pourrait affecter les relations entre les deux régions.

Pendant ce temps, l’UE continue d’accuser le Royaume-Uni d’accumuler de grandes quantités de vaccins.

L’approvisionnement mondial en danger?

L’idée d’une interdiction d’exportation suscite également des inquiétudes dans d’autres pays. Si l’Union européenne devait commencer à appliquer un contrôle plus strict, cela pourrait également avoir un impact sur les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Il s’agit également d’une préoccupation pour notre pays, ainsi que les Pays-Bas, tous deux producteurs de vaccins. Boris Johnson a d’ores et déjà frappé à la porte du Premier ministre belge Alexander De Croo et de son homologue néerlandais Mark Rutte pour tenter de les convaincre de ne pas soutenir l’interdiction d’exportation jeudi.

Le gouvernement néerlandais a conseillé au gouvernement britannique de négocier un nouvel accord avec AstraZeneca afin d’éviter une situation ‘perdant-perdant’.

La Commission européenne espère désormais qu’AstraZeneca demandera à l’Agence européenne des médicaments (EMA) l’autorisation d’exporter vers l’UE des vaccins provenant de l’usine d’Halix d’ici la fin du mois. Il reste à voir ce que la firme pharmaceutique fera par la suite.

AstraZeneca n’a fait aucun commentaire sur une éventuelle commande à destination du Royaume-Uni qui serait en attente dans l’usine néerlandaise.

Pour aller plus loin: