Blocus des ports ukrainiens: et si la crise alimentaire mondiale était évitée grâce à… la Biélorussie ?

Face au blocage des millions de tonnes de céréales dans les ports ukrainiens organisé par la Russie, plusieurs pistes sont avancées. Et elles comportent toutes leurs difficultés. Parmi les solutions sur la table se trouve une particulièrement controversée: une levée des sanctions sur la Biélorussie.

Lundi, les dirigeants européens se sont mis d’accord d’accord sur un embargo sur le pétrole russe. Ce mardi, c’est une autre épineuse question qui est au programme: comment contourner le blocus des ports ukrainiens et libérer les céréales ?

Selon le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, le blocus russe des ports maritimes ukrainiens empêche Kiev d’exporter 22 millions de tonnes de céréales. Or, des pays – notamment en Afrique et au Moyen-Orient – en dépendent très fortement. Si ces stocks ne sont pas débloqués rapidement, l’ONU craint que cela ne débouche sur une crise alimentaire mondiale.

Plusieurs pistes, autant d’écueils

Parmi les solutions qui sont mises en avant, il y a une mission navale pour escorter les cargos. Mais comme nous vous l’expliquons ici, une telle manœuvre n’est pas sans risque: le terrain est miné, au sens figuré comme au sens propre.

Une autre solution, plus diplomatique, est sur la table. Si les puissances occidentales acceptent d’alléger les sanctions à l’égard de la Russie et d’ainsi lui permettre de réaugmenter ses exportations d’engrais, Vladimir Poutine, en contrepartie, pourrait potentiellement lever le blocus sur les livraisons de céréales ukrainiennes. Mais rien ne dit que les deux blocs se mettront d’accord sur une telle solution à l’amiable.

En attendant de trouver une sortie de crise viable, une partie des récoltes ukrainiennes sont expédiées vers le port Constanța, en Roumanie. Mais c’est une solution bancale, qui ne peut pas tout résoudre.

Dans ce marasme, une nouvelle option pointe le bout de son nez: la Biélorussie. Il s’agirait d’y envoyer les céréales par voie ferrée, avant que celles-ci ne soient acheminées vers le port lituanien de Klaipeda. De là, elles partiraient vers leur destination finale via la mer Baltique.

La piste biélorusse

Mais disons-le tout de suite, cette piste est tout aussi problématique que les autres. Comme l’indiquait lundi le Financial Times, envoyer les céréales en Biélorussie – pays qui a offert une base aux troupes russes pour leur tentative d’invasion de l’Ukraine – est politiquement inacceptable pour Kiev.

Pourtant, d’après les informations d’Euractiv, les diplomates européens n’excluent pas cette piste. Ils en ont déjà parlé, et il en sera encore question ce mardi. Bien sûr, la mettre en œuvre impliquerait la levée des sanctions imposées à la Biélorussie – certaines depuis l’invasion de l’Ukraine, d’autres plus tôt, notamment à la suite de l’atterrissage forcé d’un vol Ryanair à Minsk. Les enjeux sont colossaux.

En marge des discussions, plusieurs dirigeants européens ont préféré ne pas trop se mouiller sur la question. « Lever les sanctions pour des raisons d’opportunité pour nous, qui sont différentes des raisons pour lesquelles nous avons imposé les sanctions, je trouve cela un peu délicat », a reconnu le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, ajoutant que la question ferait l’objet de discussions.

Le Premier ministre letton Krišjānis Kariņš a confirmé que toutes les options étaient sur la table. En revanche, le Premier ministre belge Alexander De Croo a confié que, selon lui, cette piste ne semblait pas viable.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20