Bientôt plus de recours aux métaux rares chinois pour l’armement américain? Des sénateurs y pensent, mais il y a peu d’alternatives

Une proposition de loi aux Etats-Unis prévoit d’interdire le recours aux métaux rares chinois pour les fournisseurs de la Défense. Le texte veut encore que le Pentagone fasse des stocks stratégiques et que le secteur soit développé aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ne possèdent aujourd’hui qu’une seule mine et l’extraction de terres rares – qui contiennent les métaux rares – est très polluante.

Le Sénat des Etat-Unis s’apprête aujourd’hui à voter une loi qui interdirait à tout fournisseur de la Défense d’utiliser des métaux rares de Chine, dès 2026, révèle Reuters. Ces métaux sont utilisés dans la fabrications de nombreux éléments, comme des batteries, des armes et des avions, et la Chine en a le monopole de la production mondiale.

La proposition est même portée par un sénateur démocrate et un sénateur républicain. D’un côté, le but est de s’affranchir de la dépendance envers la Chine, et de l’autre, ils souhaitent relancer les exploitations américaines.

Les Etats-Unis ont beau avoir créé l’industrie après la Seconde Guerre mondiale, et développé des aimants utilisés dans l’armement et dans l’aviation, ils ne possèdent qu’une seule mine aujourd’hui, et n’ont pas la capacité de transformer les ressources. Tom Cotton, le représentant républicain de l’Arkansas qui propose le texte, estime que par les choix politiques des dernières décennies, les Etats-Unis ont laissé la Chine prendre le contrôle total du marché. Il espère alors pouvoir relâcher la mainmise chinoise sur le marché.

Faire des stocks

Le texte prévoit également que le Pentagone constitue des stocks stratégiques. Les deux sénateurs pensent à une situation qui a eu lieu en 2010 : la Chine avait arrêté les exportations vers le Japon. En cas de tensions avec les Etats-Unis, comme il y en a actuellement autour de la situation de Taïwan, la Chine pourrait également arrêter les exportations. Ou même, en extrapolant de la manière le plus abstraite, s’il y avait un véritable conflit armé entre les deux pays, bloquant les ressources dont l’autre a besoin pour fabriquer des armes, la situation serait quelque peu compliquée.

Mais dans un premier temps donc, le Pentagone devra continuer à se fournir en ressources auprès de la Chine. Et pour que l’industrie puisse se développer aux Etats-Unis, la science devra encore trouver des moyens pour rendre l’exploitation moins polluante. Pour des raisons de pollution très importante, les Etats-Unis avaient d’ailleurs perdu intérêt dans cette extraction.

De plus, pour lancer cette économie, il faut des fonds, mais le texte ne prévoit aucune mesure de soutien direct pour lancer ce secteur. Mais le Pentagone pourrait octroyer des subsides, comme il l’a déjà fait pour des initiatives dans le domaine, ces deux dernières années.

Quelle réponse de la Chine serait à prévoir?

Avec ce texte, les représentants américains du commerce seraient même amenés à enquêter si la Chine abuse de son monopole et distord le marché. Ils devraient ensuite recommander des sanctions, si nécessaire.

« Je ne pense pas que la réponse à l’agression ou aux menaces chinoises soit de continuer à nous soumettre aux menaces chinoises », est la réponse de Cotton sur la réaction potentielle de Chine sur un tel texte.

Or, si ce texte devait être voté (les sénateurs disent qu’ils ont le soutien de nombreux autres représentants, de tous partis confondus) il sera intéressant d’observer la réaction de la Chine : augmentation drastique des prix? Arrêt net des livraisons? Autre réponse économique punitive? Il serait difficile d’imaginer que la Chine ne profite pas de sa situation de domination, pour rappeler aux Etats-Unis qu’ils dépendent d’elle. Un peu comme Poutine avec le gaz, dès que l’Europe lui adresse des critiques.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20