Biden veut un face-à-face avec Poutine

Au cours d’un appel téléphonique entre les deux leaders, le président américain Joe Biden a exhorté son homologue russe Vladimir Poutine à prendre part prochainement à une réunion au sommet afin de discuter de l’escalade du conflit à la frontière russo-ukrainienne.

La conversation de mardi a couvert toute une série de sujets chauds, allant de la course aux armements aux cyberattaques. Mais le nombre croissant de troupes russes se rassemblant à la frontière avec l’Ukraine était la principale préoccupation de Joe Biden, a déclaré la Maison Blanche.

C’est pourquoi le président américain a proposé de rencontrer son homologue russe en territoire neutre, c’est-à-dire dans un pays tiers. Le Kremlin a confirmé l’invitation, mais n’a pas précisé pour l’instant si Vladimir Poutine allait accepter.

Dangereuse musculation

Les tensions entre la Russie et l’Ukraine se sont accrues ces dernières semaines. Le cessez-le-feu dans la région du Donbas, dans l’est de l’Ukraine, a été rompu pour la énième fois. Depuis 2014, Moscou y soutient les séparatistes dans leur lutte contre les forces gouvernementales ukrainiennes. Parfois de manière directe via des unités militaires ou des armes, et parfois de manière indirecte en mettant sur pied des campagnes de désinformation déstabilisantes, etc.

Depuis la reprise des violences, des colonnes de matériel militaire russe affluent à proximité de la frontière ukrainienne et des chars ont franchi le pont de Crimée pour pénétrer dans la péninsule annexée. Des véhicules amphibies russes sont en standby dans les mers Noire et Caspienne. Selon l’Ukraine, la Russie dispose de 41.000 soldats à sa frontière avec l’est de l’Ukraine et de 42.000 autres en Crimée. Entretemps, en guise de réponse, les États-Unis ont également envoyé des navires de guerre en Crimée.

Le ministre russe des Affaires étrangères affirme qu’il s’agit ‘d’exercices militaires en réponse à l’action militaire imminente de l’OTAN’. Selon les observateurs, ce renforcement des troupes est similaire à celui de 2014, lorsque la Russie avait envahi et annexé la Crimée. Une autre possibilité pourrait être la volonté de Vladimir Poutine de faire pression sur le gouvernement ukrainien pour qu’il fasse des concessions aux séparatistes du Donbas, et par la même occasion tester la force du soutien occidental envers l’Ukraine.

De très mauvaises relations russo-américaines

Lors de l’appel téléphonique de mardi, Joe Biden a souligné ‘l’engagement inébranlable des États-Unis en faveur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine’, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Les relations entre les présidents américain et russe sont tendues. Lors d’une interview télévisée il y a quelques semaines, Joe Biden avait qualifié Vladimir Poutine de ‘meurtrier’, faisant ainsi référence aux tentatives d’assassinat dont le leader de l’opposition russe, Alexei Navalny, et d’autres dissidents ont été les cibles. Des déclarations qui ont provoqué la colère du Kremlin, qui s’est empressé de rappeler son ambassadeur aux États-Unis.

‘C’est historiquement sans précédent’, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov. Il a qualifié les relations entre les États-Unis et la Russie de ‘très mauvaises’ et accusé Joe Biden de ne montrer aucun intérêt pour une amélioration de ces relations.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés