Batteries au lithium: une entreprise australienne défie la Chine sur le marché européen

Hancock Prospecting va investir dans Vulcan Energy Resources, qui développe en Allemagne un projet de batteries au lithium. L’entreprise entend ainsi concurrencer la Chine sur le marché européen des voitures électriques.

Les batteries au lithium sont un élément clé dans la production des véhicules électriques, nouvelles coqueluches du secteur automobile en Europe. Gina Rinehart, une milliardaire australienne à la tête d’un empire minier, a les yeux rivés sur ce marché prometteur. Elle et sa société Hancock Prospecting ont acheté pour environ 100 millions d’euros d’actions de Vulcan Energy Resources, ce qui en fait de loin le plus gros actionnaire. Vulcan est un expert en énergie verte et produit également des batteries au lithium.

Rinehart compte mettre en place avec Vulcan une production de batteries dans la vallée du Rhin, entre Mannheim et l’Ortenau. Selon les estimations de l’entreprise, il y aurait pour plus de 2,3 milliards d’euros de lithium dans le sous-sol autour d’Offenburg.

Briser le monopole de la Chine sur le lithium

Mais Rinehart devra d’abord évincer la Chine du trône pour pouvoir vendre ses batteries au lithium sur le marché européen. Ces dernières années, les constructeurs européens de voitures électriques sont devenus presque entièrement dépendants des approvisionnements asiatiques.

L’année dernière, la Chine a dépassé le Japon et la Corée pour prendre la première place en matière d’approvisionnement européen de ces batteries. Aucun de ces pays ne dispose toutefois de matières premières en suffisance pour rivaliser avec la colossale industrie minière chinoise et son influence. La superpuissance asiatique fait en ce moment des affaires en or tandis que l’économie mondiale tente péniblement de se remettre sur pied après la pandémie.

Il n’est donc pas surprenant qu’une telle manne attire les convoitises. Le prix du lithium a augmenté de 37% rien que ce mois-ci. C’est la plus forte hausse du métal depuis décembre 2015.

Les Canadiens tentent aussi leur chance

Ce n’est pas la première fois qu’un acteur majeur tente de se faire une place sur le marché européen en pleine croissance des voitures électriques.

Plus tôt cette année, la société canadienne Rock-Tech a annoncé son intention d’investir plus de 300 millions d’euros dans une raffinerie de lithium allemande. La société a également frappé aux portes de Tesla et de Volkswagen en tant que partenaires potentiels de ces entreprises.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20