Avec sa « nouvelle route de la soie », la Chine a infligé une dette de 385 milliards de dollars à ses partenaires étrangers

En adhérant à l’initiative « Belt & Road » (BRI), aussi connue sous le nom de « nouvelle route de la soie », 165 pays ont accumulé une dette de 385 milliards de dollars envers la Chine. C’est ce que révèle un rapport du cabinet d’études américain AidData, basé sur plus de 13.000 projets d’infrastructure, d’une valeur totale de 843 milliards de dollars, que la Chine a mis en place à l’étranger au cours des 17 premières années de ce siècle.

L’étude a également révélé que 42 pays à revenu faible ou intermédiaire doivent à la Chine plus de 10% de leur produit intérieur brut (PIB). Ce groupe comprenait des pays comme le Laos, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Maldives, Brunei, le Cambodge et le Myanmar.

Sous-déclarations

AidData a ajouté que les prêts semblaient être systématiquement sous-déclarés aux organismes internationaux tels que la Banque mondiale. La dette a été maintenue hors des bilans publics grâce à des constructions spéciales.

L’initiative « Belt & Road » – le programme d’investissement international du président chinois Xi Jinping – a été lancée il y a huit ans. « Des dizaines de pays ont demandé des prêts chinois pour des projets d’infrastructure à grande échelle », note AidData.

« À l’origine, les prêts étaient accordés entre gouvernements, mais après l’introduction de l’initiative Belt & Road, cette activité de prêt a été de plus en plus remplie par les entreprises et banques d’État, les coentreprises, les institutions privées et les fonds communs de créance ».

« Cela a conduit à une sous-déclaration massive des obligations de remboursement. Une grande partie de cette dette ne se reflète pas dans les bilans gouvernementaux des pays bénéficiaires. »

« L’initiative Belt & Road a effectivement suscité une controverse croissante au cours de la période récente », ajoute AidData. « Un certain nombre de partenaires ont essayé d’annuler des projets ou de négocier de nouvelles conditions. En conséquence, l’activité de crédit de l’initiative s’est ralentie ces dernières années, mais les dettes antérieures demeurent. »

Garanties

Les entreprises d’État et les institutions financières ne peuvent pas imposer les mêmes garanties de remboursement que les gouvernements, mais la Chine aurait imposé des conditions pour protéger les intérêts de ses entités.

« Il est suggéré que les pays présentant un risque de crédit élevé soient contraints de transférer la propriété ou le contrôle d’actifs clés à la Chine », indique le document.

Le rapport note en outre que la Chine a rapidement augmenté ses prêts aux pays disposant de matières premières essentielles et présentant des niveaux élevés de corruption. Environ 35% des projets auraient été affectés par la corruption, les problèmes de main-d’œuvre, la pollution environnementale et les protestations du public.

« La Chine est plus disposée à financer des projets dans des pays à risque que les autres créanciers officiels, mais elle est aussi nettement plus agressive dans ses procédures de remboursement. Le pays semble exiger des taux d’intérêt beaucoup plus élevés et des délais de remboursement plus courts.

L’exemple du Pakistan, qui est censé payer un taux d’intérêt moyen de 3,76% sur ses prêts chinois, mérite d’être mentionné. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) travaille normalement avec des taux d’intérêt de 1,1%.

« De nombreuses banques n’envisageraient même pas de prêter au Pakistan », ajoute AidData. « Si l’on souhaite tout de même contracter un prêt dans une telle situation, il faudra également tenir compte d’une prime de risque plus élevée. »

Pour aller plus loin:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20