Avec l’Apple Silicon, Apple a « fait du très bon travail », concède le PDG d’Intel

Malgré le pari réussi d’Apple avec ses processeurs maison, Intel n’abandonne pas l’idée de fournir à nouveau la firme de Cupertino en puces pour ses Mac. Le fabricant se laisse quelques années pour y arriver.

Pourquoi est-ce important ?

En juin 2020, Apple annonçait son souhait de prendre ses distances avec son partenaire de longue date, Intel, en intégrant ses propres puces, baptisées Apple Silicon, sur ses Mac. La firme à la pomme se donnait deux ans pour renouveler l’ensemble des Mac avec de nouveaux modèles équipés de son processeur maison. Une mauvaise nouvelle pour Intel qui, en plus de perdre un partenaire de choix, devait également compter un concurrent de plus.

La réaction d’Intel à l’annonce d’Apple ne se fit pas attendre et le fabricant a tout simplement choisi l’attaque, n’hésitant pas à se moquer des capacités soi-disant limitées des Mac sous Apple Silicon comparées à celles des ordinateurs sous processeurs Intel. Mais un peu plus d’un an plus tard, le PDG d’Intel, Pat Gelsinger, n’a pas eu d’autre choix que de revenir sur sa position, concédant qu’Apple avait « fait du très bon travail » avec ces puces maison.

Malgré cela, le PDG d’Intel estime que son entreprise est capable de reprendre la tête sur le marché des processeurs, mais surtout de rattraper et de surpasser Apple et sa puce maison d’ici 2025. Il espère d’ailleurs pouvoir à nouveau travailler avec Apple. « J’espère regagner cette partie de leur entreprise [le secteur des puces Mac], ainsi que de nombreuses autres affaires, au fil du temps », a-t-il indiqué dans une interview accordée à Axios.

Bientôt un nouveau partenariat Apple-Intel ?

Un souhait qui semble plutôt se rapprocher d’un fantasme à l’heure actuelle. Difficile en effet d’imaginer qu’Apple puisse tirer un trait sur son indépendance maintenant que l’entreprise y a gouté. Il faut dire qu’en fabriquant ses propres processeurs, Apple jouit d’une plus grande liberté. La firme de Cupertino a en effet pu adapter sa puce pour qu’elle exploite le mieux possible les composants des Mac, mais aussi leur architecture interne, afin qu’ils soient plus puissants, mais aussi moins énergivores. Alors pourquoi Apple reviendrait à Intel ?

Difficile d’imaginer que cela se produise, en revanche, le fabricant pourrait malgré tout convaincre la firme de Cupertino de faire appel à ses services pour fabriquer ses processeurs. Apple s’est déjà tourné vers Samsung et TSMC pour cela, vu que l’entreprise américaine ne dispose pas – du moins pas encore – de ses propres usines pour fabriquer ses puces. Si Intel a de bons arguments, le fabricant pourrait convaincre Apple de faire affaire avec lui pour fabriquer ses processeurs.

Cette option semble la plus logique. Reste à voir si les arguments avancés par Intel parviendront à convaincre la firme de Cupertino. Cette dernière vient justement d’élargir le gouffre qui la séparait d’Intel en dévoile, non pas un, mais deux nouveaux processeurs pensés pour les professionnels. De quoi envoyer un message clair au fabricant, mais surtout de montrer qu’Apple est désormais un acteur de taille sur le marché des fabricants de puces.

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20