Apprendre aux vaches à utiliser un coin WC : une nouvelle piste pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

L’élevage bovin rejette des quantités énormes de gaz à effet de serre via les excréments des vaches. Mais des chercheurs ont prouvé qu’on pouvait apprendre aux animaux à se soulager à un endroit précis, permettant ainsi de collecter les déchets.

L’élevage est un des secteurs les plus polluants au monde : il représente la principale source de méthane et de protoxyde d’azote, des gaz à effet de serre bien plus puissants que le dioxyde de carbone et qui proviennent des déjection des animaux, en particulier les bovins. Si la meilleure méthode pour réduire ces émissions à grande échelle reste de diminuer drastiquement la taille du cheptel mondiale, des chercheurs allemands ont privilégié une autre approche : ils assurent que l’ont peut envisager une agriculture plus respectueuse de l’environnement en apprenant aux vaches à utiliser un coin WC.

Récompense ou punition

« Les bovins, comme beaucoup d’autres animaux, sont plutôt intelligents et peuvent apprendre beaucoup de choses », assure Jan Langbein, psychologue pour animaux à l’Institut allemand de recherche en biologie des animaux de ferme. « Pourquoi ne seraient-ils pas capables d’apprendre à utiliser des toilettes ? » Pour y arriver, son équipe a mis au point l’approche « MooLoo » : les veaux urinant exclusivement à un endroit désigné comme propice recevaient une récompense sous forme de friandises, tandis que les plus récalcitrants recevaient un jet d’eau au tuyau d’arrosage. La carotte et en bâton en somme, en version plus douce.

Et ça marche: en quelques semaines et quinze sessions d’entrainement, 11 bovins sur les 16 concernés par l’expérience avaient appris à utiliser un coin précis de leur enclos pour uriner. Pour Mme Langbein il n’aurait fallu qu’un peu d’entrainement supplémentaire pour que tout le troupeau s’y mette, et elle considère envisageable de leur apprendre aussi à déféquer à un endroit prévu pour.

Si cette expérience peut sembler triviale, il faut se rappeler que l’urine de bovins est chargée d’ammoniaque, que certains microbes naturellement présents dans l’environnement vont dégrader en protoxyde d’azote, le troisième gaz à effet de serre le plus répandu après le méthane et le dioxyde de carbone. Quant au méthane justement, les vaches en relâchent d’importantes quantités avec leurs bouses. Les chercheurs allemands considèrent donc qu’en apprenant aux bovins ce genre de mesures d’hygiène, il serait possible de collecter et de traiter leurs excréments plutôt que de les laisser dans la nature. Bien sûr, cette méthode n’est envisageable que pour de petites fermes avec un cheptel relativement réduit. Quant à l’élevage intensif, il reste par définition une aberration écologique.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés