Alibaba pris à son propre jeu? Des investisseurs américains introduisent une plainte collective pour fraude boursière

EPA-EFE/JULIEN DE ROSA

L’avenir s’assombrit (encore) pour Alibaba. Un cabinet d’avocats de Pékin qui représente des investisseurs américains vient d’introduire une action collective en justice pour dénoncer le manque de transparence d’Alibaba , tout en l’accusant de fraude boursière. Les chances que la plainte aboutisse sont néanmoins très faibles. 

Les investisseurs des parts américaines d’Alibaba accusent la société de fraude boursière. Ils reprochent à l’entreprise d’avoir volontairement  masqué – entre le 21 octobre et le 3 novembre – des ‘éléments majeurs’ sur l’entreprise, notamment le fait que Ant Group ne remplissait pas les conditions nécessaires pour entrer en Bourse.

La plainte évoque aussi des descriptions erronées d’activités, tout comme les opérations et les perspectives de croissance d’Alibaba, qui auraient contribué à la suspension de l’introduction en Bourse d’Ant group. 

L’introduction en Bourse suspendue

Le groupe Alibaba, qui s’apprêtait à réaliser début novembre la plus grosse entrée en Bourse de l’histoire, a en effet été contraint de reporter l’opération sous la pression des régulateurs chinois. 

Dans la nuit du 2 novembre, les autorités de régulation financière chinoises  avaient convoqué le propriétaire majoritaire Jack Ma et le président d’Ant Eric Jing pour s’entretenir avec les régulateurs.

La fintech chinoise avait finalement décidé de suspendre sa cotation, une opération qui devait lui permettre de lever plus de 34 milliards de dollars. En cause, les autorités chinoises, dont le langage étonnement vague citait des ‘problèmes majeurs’ et ‘le non-respect des exigences de divulgation d’informations’.

Ant Financial devait être la plus grosse introduction en Bourse de tous les temps. En décidant d’interrompre cette opération seulement 48 heures avant la date butoir, Pékin a certes mis au tapis Jack Ma, mais elle a également pris de court les investisseurs qui avaient souscrit massivement à l’opération, et qui n’en reviennent toujours pas…

Les actions en chute libre

Depuis vendredi dernier, les actions américaines d’Alibaba ont encore baissé de 14,4 %. Et sur le marché de Hong Kong, elles ont diminué de 12,35% .

‘S’il devait y avoir une chute des actions aux États-Unis suite à un manque d’informations défavorables significatives, une action collective serait déposée dès que possible’, avait déclaré Maître Hao Junbo de chez Anjie Law Firm, qui avait indiqué que de nombreux investisseurs d’Alibaba avaient contacté son cabinet.

Voilà qui est à présent chose faite: une plainte collective a été déposée. Les autres investisseurs d’Alibaba ont jusqu’au 12 janvier 2021 pour participer à l’action en justice.

Peu de chances que la plainte n’aboutisse

Le cabinet d’avocats Anjie Law Firm a l’habitude de ce genre d’affaire. Dans le passé, il a déjà représenté plusieurs investisseurs mondiaux dans le cadre d’un recours collectif contre Luckin Coffee. ‘L’affaire Alibaba, elle, s’appuie sur un procès beaucoup plus petit que celui de Luckin Coffee’, a déclaré l’avocat chargé de l’affaire, Maître Hao.

Les recours collectifs de ce type sont tout à fait normaux aux États-Unis et prouver qu’Alibaba était au courant d’un éventuel durcissement des mesures ou que l’introduction en Bourse de Ant Group pouvait être interrompue ne sera pas une mince affaire, a déclaré une source anonyme au Global Times.