62 cas de myocardite après l’injection du vaccin Pfizer: Israël annonce les premiers résultats de son enquête

Coronavaccin Pfizer BioNTech
Isopix

Après les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson, les inquiétudes sur les effets secondaires se concentrent désormais sur celui de Pfizer et BioNTech. Israël, qui utilise massivement ce vaccin, a lancé une enquête après la détection de 62 cas de myocardites après l’injection du produit. Deux personnes en sont mortes.

Une myocardite est une inflammation du muscle du cœur qui peut, dans certains cas, créer une insuffisance cardiaque, un rythme irrégulier, ou une mort soudaine. Dimanche, le responsable de la lutte contre le Covid-19, Nachman Ash, a expliqué à la télévision israélienne qu’une enquête était ouverte sur 62 cas de myocardite après l’injection du vaccin Pfizer.

Selon les chiffres d’Israël, cette pathologie s’est développée chez une personne vaccinée sur 100.000. Toutefois, elle semble toucher plus particulièrement les hommes de moins de 30 ans. La prévalence dans ce cas est en effet d’un cas sur 20.000 vaccinations. En outre, 56 cas sur les 62 détectés ont eu lieu après la seconde dose du vaccin.

Premières conclusions

Les résultats complets de l’enquête n’ont pas été révélés. Toutefois, l’étude semble indiquer qu’il n’y a pour l’instant aucune preuve que le vaccin de Pfizer et BioNTech provoque une hausse des cas de myocardites. ‘Nous ne pouvons pas encore dire s’il y a plus de cas que la normale, ou s’il y a des chiffres annuels similaires et que cette proximité des cas dans le temps n’est qu’une coïncidence’, explique le rapport préliminaire. Les experts continuent de récolter les données pour ajuster leur étude. Toutefois, pour les autorités israéliennes, même si cette pathologie devait être ajoutée aux effets secondaires, cela ne changerait pas la politique de vaccination, car les avantages du vaccin restent bien supérieurs.

Pfizer affirme également ne pas avoir ‘observé un taux de myocardite plus élevé que ce à quoi on pourrait s’attendre dans la population générale’, selon Bloomberg. Les autres pays qui utilisent Pfizer n’ont pas non plus rapporté de cas suspects de myocardite. Toutefois, pour les auteurs du rapport israélien, ce serait lié au ‘faible taux de vaccination parmi les jeunes’ à l’étranger. En effet, en Belgique, comme dans de nombreux autres États, les programmes de vaccinations ont donné la priorité aux personnes âgées, plus à risque. Selon les chiffres de Sciensano, seuls 5% des moins de 34 ans ont reçu les deux doses du vaccin.

En savoir plus: