Plan de relance espagnol: ‘Créer 800.000 emplois en 3 ans’

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez. (EPA)

L’Espagne compte ‘créer plus de 800.000 nouveaux emplois en trois ans’ grâce aux fonds du plan européen de relance, a annoncé ce mercredi le chef du gouvernement Pedro Sanchez.

Madrid étalera sur six ans, de 2021 à 2026, l’utilisation des 140 milliards d’euros alloués par Bruxelles à l’Espagne pour redresser son économie, laminée par la pandémie de Covid-19, a-t-il précisé lors de la présentation du plan de relance espagnol.

Ce plan doit être considéré comme ‘une feuille de route de la modernisation de notre pays pour les six prochaines années’, dont l’objectif est de ‘transformer le coup dur de la pandémie en une énorme opportunité’, a déclaré M. Sanchez.

Une première tranche de 72 milliards

La moitié environ des fonds européens sera versée sous forme de subventions non remboursables, et l’autre sous forme de prêts.

Une première tranche de 72 milliards d’euros sera débloquée sur la période 2021-2023 pour financer des ‘projets qui pourront être exécutés en trois ans et permettre un bond dans la modernisation et la création d’emplois’, a-t-il affirmé.

Conformément aux objectifs fixés par la Commission européenne, les investissements publics liés à la transition écologique représenteront ‘plus de 37% du total du plan’ et ceux liés à la transition numérique ‘près de 33%’, a-t-il précisé.

‘Il ne s’agit pas seulement de récupérer le PIB que nous a arraché la pandémie, il s’agit de croître d’une manière nouvelle, (…) plus durable’, a insisté le dirigeant socialiste.

Pire que prévu

L’Espagne, l’un des pays européens les plus touchés par la pandémie, qui a notamment laminé le tourisme, pilier de son économie, sera le deuxième plus gros bénéficiaire des fonds européens après l’Italie.

Signe de la gravité de la crise, le gouvernement a annoncé mardi que le PIB espagnol devrait chuter de 11,2% cette année, deux points de pourcentage de plus que prévu en mai.

Le taux de chômage bondira lui, à 17,1%, tout comme le déficit public qui devrait atteindre 11,3% du PIB cette année. La dette publique a déjà dépassé les 110% du PIB au deuxième trimestre.

Le méga-plan ‘Next Generation EU’, actuellement en cours d’examen au Parlement européen, comporte au total 750 milliards d’euros destinés à aider les Etats-membres à relancer leurs économies.