Xi-Jin-Keynes débloque une nouvelle enveloppe de 150 milliards de dollars pour l’infrastructure en Chine: en vain ?

Pékin annonce une nouvelle enveloppe pour investir dans l’infrastructure, pour aider à relancer l’économie. Pour des experts, ce n’est pas assez pour changer la donne.

Confinements, crise de l’immobilier… l’économie chinoise pédale quelque peu dans la semoule en ce moment. Pour lui donner des coups de boost, Pékin investit dans l’infrastructure ; aux grands maux, les grands travaux. Après plusieurs enveloppes déjà attribuées, une nouvelle a été injectée ce mercredi : mille milliards de yuans, ou 146 milliards de dollars.

Les sommes sont disponibles via des aides (300 milliards de yuans, doublant la mise de juin) ou des prêts (500 milliards), et d’autres mesures politiques et administratives sont également mises en place. Autre que l’infrastructure, les entreprises énergétiques publiques, qui doivent faire face à des sécheresses sans précédent, peuvent émettre des papiers de créance à hauteur de 200 milliards de yuans.

Une enveloppe qui ne convainc pas

Cette annonce n’a pas convaincu les marchés. Les taux de rendement sur les obligations d’Etat n’ont par exemple augmenté que de 2 points de base, soit de 2,63 à 2,65%, après les annonces, rapporte Bloomberg. Le principal indice boursier chinois, le CSI 300, a gagné 0,8% sur la journée de jeudi.

Goldman Sachs s’attend à un taux de croissance de 3% sur l’année, ce qui serait un taux très bas pour la Chine. Pour rappel, la Chine misait sur un taux de croissance à plus de 5%. Cette nouvelle enveloppe ne va pas changer la donne, confie Andrew Tilton, spécialiste pour l’Asie auprès de la Banque, à Bloomberg. « Nous obtenons un assouplissement, mais pas assez rapidement pour suivre le rythme de la détérioration de l’économie au sens large. »

Pour les analystes de Nomura, le problème se situe surtout au niveau du secteur immobilier. Lors de précédentes périodes de ralentissement, l’immobilier était le cheval de trait de la relance, car avec les prêts et les aides, les ménages et les entreprises faisaient construire. Or, cette fois, l’immobilier est l’origine du problème. Depuis de longs mois, la demande de nouveaux logements est en chute, et la population a perdu confiance dans les promoteurs endettés jusqu’au cou. La Chine tente en vain de contrôler l’offre en détruisant des immeubles pour limiter la chute des prix qui plomberait encore davantage le secteur.

Selon les experts, plus de mesures seraient nécessaires pour véritablement relancer l’économie. La très stricte politique zéro-covid pèserait notamment sur les perspectives.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20