Voici les quatre comportements à éviter quand on veut placer de l’argent

Si on veut placer de l’argent, il y a le risque qu’on suive des décisions et des comportements qu’on connaît de la vie de tous les jours. Selon cet expert en psychologie, ce ne serait pas la bonne voie, le monde de l’investissement ne fonctionne pas de la même manière que notre cerveau. Voici les pièges à éviter, et comment les éviter.

L’intelligence et l’investissement ne vont pas de pair. C’est que l’investissement est un monde différent de la vie de tous les jours et notre intelligence est faite pour répondre à des questions de la vie quotidienne. Essayer d’appliquer les réponses « automatiques » de notre cerveau aux problèmes devant lesquels l’on se trouve dans le monde de l’investissement, cela va se retourner contre nous. Voilà ce qu’explique Daniel Crosby, auteur du livre The Behavioral Investor et psychologue de formation, à CNN Business.

Il faudrait plutôt embrasser cette incapacité ou « médiocrité » pour mieux s’y retrouver sur les marchés. Pour cela, voici les quatre biais ou comportements qu’il faudrait éviter.

Le biais de l’égo et de la confirmation

  • Le problème de l’égo, c’est qu’on change difficilement d’avis, et qu’on croit beaucoup plus facilement ce qui correspond à nos idées. C’est aussi la manière dont on s’informe : on ne va pas rechercher des informations qui contredisent notre façon de voir les choses. Même si on y est confronté, on va facilement rejeter ces informations et s’enhardir derrière ce que l’on croit.
  • Dans l’investissement, c’est là que le bât blesse. On va trop croire en une entreprise dont on a acheté des parts, ou un autre type d’actif comme une obligation ou une cryptomonnaie, même si des signes de nuages sombres commencent à apparaître ; qu’on va facilement ignorer. Et surtout on y place beaucoup (trop) d’argent.
  • Conseil que donne Crosby : ne pas chercher la perler rare qui va effectivement voir son cours exploser, mais choisir un portefeuille plus large et diversifié, un investissement plus passif. Selon ses calculs, 80% du temps les fonds indexés se débrouillent mieux, sur cinq à dix ans, que les fonds actifs. Et ce n’est pas à nous de choisir ce qui est dans ces fonds, ce qui nous évite le problème du biais.

Le biais conservateur

  • Ce biais en amène un deuxième avec lui : on ne va pas s’intéresser à ce qu’on ne connaît pas. On va par exemple se concentrer sur un secteur, qu’on connaît, ou un marché, comme celui de son propre pays, au lieu de s’ouvrir à d’autres secteurs ou à d’autres marchés.
  • Cela a comme danger d’augmenter les risques, là où on croit trouver de la sécurité. Si les actifs d’un secteur en particulier s’effondrent (comme la tech cette année), ou le marché d’un pays en particulier, notre investissement part avec.

Le biais de l’attention

  • On porterait trop d’attention à des événements négatifs et qui suscitent beaucoup de réactions, même s’ils sont improbables, comme un crash d’avion, explique Crosby. Une attention qui nous détourne d’autres événements, et qui distord notre perception du risque.
  • Mais d’un autre côté une surcharge d’informations de tout genre peut être contre-intuitive aussi : on ne sait plus où donner de la tête.

Le biais de l’émotion

  • Les émotions peuvent prendre le dessus et influencer nos décisions, et nous pousser à agir de manière différente qu’à l’accoutumée, ou sur un coup de tête.
  • La pire des émotions dans le monde de l’investissement est bien sûr la panique, qui porte à tout vendre au mauvais moment. Ou si on est trop exalté, on peut aussi mal s’apercevoir des risques qu’on prend et partir sur un mauvais pari, explique Crosby.

Comment les éviter ?

  • Crosby donne ensuite de nombreux conseils pour éviter les biais, comme ne pas regarder ses actifs tous les jours, ne pas donner trop d’importance à chaque mouvement du marché, à se diversifier (en respectant le ratio du poids d’un marché national dans le monde dans son portefeuille, par exemple), à ne pas (trop) penser savoir prédire le futur, à se constituer son propre système d’investissement, et prendre en compte que tous les investissements sont « imparfaits ».

Disclaimer: cet article ne fait pas office de conseil, mais doit se lire à titre d’information. Investir comporte toujours des risques.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20