Voici les pays où l’on boit le plus de vin au monde: un classement surprenant

Le top 25 des pays où l’on consomme le plus de vin – Isopix

Dans quel pays consomme-t-on le plus de vin proportionnellement au nombre d’habitants ? Et quelles tendances pouvons-nous en déduire ?

Il reste difficile de recueillir des chiffres fiables, et surtout récents, sur la consommation mondiale de vin. D’une part, les sources ne sont pas toujours à jour, ou bien elles utilisent souvent des critères différents pour leurs calculs. D’autre part, les statistiques ne sont souvent mises à jour qu’après un ou deux ans, sur la base des calculs et des ajustements les plus récents.

C’est pourquoi ce dernier top 25, exprimé en litres de vin par habitant par an, n’a été finalisé que sur base de la fin de l’année 2018.

Quelles sont les tendances à mettre en lumière ?

  1. L’époque où les grands producteurs de vin comme la France ou l’Italie enregistraient une moyenne de 100 litres ou plus par habitant (adulte) est révolue depuis longtemps.
  2. La Belgique figure toujours dans le top 10, avec une sixième place et un taux officiel de 31,5 litres/habitant/an, dépassant ses voisins allemand (28 litres) et néerlandais (24,7 litres).
  3. Ce graphique montre que les statistiques officielles ne sont pas toujours fiables, comme en témoignent certains classements assez étranges. Sao Tomé-et-Principe 9e consommateur mondial ? Anigua-et-Barbuda et les Seychelles, des marchés de consommation plus importants que l’Allemagne ou l’Espagne ? Quid de la Namibie ou de la Nouvelle-Calédonie, qui sembleraient battre le Royaume-Uni ? De plus, les États-Unis n’arrivent qu’en 44e position, avec un ratio de 12,4 litres/habitant. Bizarre.
Isopix

Touristes

En résumé, en disséquant ce tableau, on ne peut qu’arriver à une seule conclusion: durant cette période pré-coronavirus, ce sont probablement principalement les touristes européens qui ont fortement influencé le mode de consommation dans les pays exotiques. Ce qui a ainsi faussé les statistiques, indépendamment du nombre proportionnellement faible d’habitants officiels sur lequel ces calculs sont basés. Sans ces considérations, on ne pourrait jamais expliquer pourquoi les « habitants » des Seychelles semblent être de bien plus grands consommateurs de vin que le Britannique ou l’Américain moyen.

C’est pourquoi nous sommes impatients de connaître les chiffres de la consommation de vin en 2020. D’ailleurs, je suis déjà sûr que, d’ici là, toutes ces attractions touristiques auront chuté de ce top 25. Elles auront retrouvé leur véritable place, proportionnelle au marché.