Vers la fin de l’import de batteries polluantes pour l’UE

ISOPIX

Les ambitions vertes de l’UE prennent forme, petit à petit.

Le vice-président de la commission européenne a laissé entrevoir une mesure importante pour l’UE. Šefčovič a indiqué à la presse la fin possible des importations de batteries asiatiques, si celles-ci ne rencontrent pas les nouveaux standards.

L’UE entend modifier son cadre juridique pour épouser son ambition écologique et affirmer sa place sur l’échiquier mondial. De nouvelles règles qui entraineraient des restrictions ? C’est ce qu’a laissé entendre le vice-président slovaque.

La commission devra bientôt établir la liste des critères pour être admis sur le marché européen. Pour l’heure, il serait impossible de se priver de l’importation asiatique. Le focus est ainsi mis sur l’aspect écologique, pour profiter de la demande croissante en électrification.

Impossible de s’en passer

‘Bien sûr, nos concurrents asiatiques ne dorment pas. Ils voient ce que nous voulons faire de cette alliance. Le travail sur les normes est important : si vous voulez vendre ici, vous devez respecter nos normes’, a ajouté. Šefčovič. L’échéance actuelle n’est pas encore connue.

Cette déclaration fait suite à l’annonce du projet Battery Alliance, la création d’un ‘airbus de la batterie’. 7 Etats membres, dont la Belgique, débloqueront plus de 3 milliards d’euros pour développer un batterie lithium-ion en Europe. Outre un ancrage locale, la fabrication devrait respecter les nouveaux standards environnementaux. Un projet ambitieux : aujourd’hui, 97% des cellules composant les batteries sont fabriquées en Chine.