Van Peteghem : « Avec la réforme fiscale, je veux avant tout faire travailler plus de gens »

Vincent Van Peteghem (CD&V), ministre des Finances, veut utiliser ses projets de réforme fiscale pour motiver davantage de personnes à se (re)lancer sur le marché du travail. « Un salaire net plus élevé devrait rendre le travail plus attractif », nous a-t-il expliqué.

Dans l’actualité : Van Peteghem a présenté jeudi son plan de réforme fiscale. Le ministre veut que le travail rapporte plus. Concrètement, chaque Belge qui travaille devrait disposer d’au moins 835 euros nets de plus par an.

  • « L’objectif principal de la réforme est d’augmenter le taux d’emploi », a-t-il déclaré Business AM. « La différence entre travailler et ne pas travailler doit devenir plus grande. »
    • Il veut y parvenir en faisant passer la quotité exemptée d’impôts de 10.160 euros à 13.500 euros.
    • L’intention est également d’ajuster les tranches d’imposition de manière à ce que les gens soient moins susceptibles de se retrouver dans la tranche la plus élevée, qui est de 50%.
    • Enfin, le plan de Van Peteghem stipule que le « bonus à l’emploi », qui augmente le salaire net des salariés à faible revenu avec une prime, sera élargi même en cas de promotion, afin que la différence entre travailler et ne pas travailler reste grande.

Harmonisation de la TVA

Augmentation de la TVA : il s’agit d’une opération neutre en termes de budget, ce qui signifie que certaines taxes devraient également être augmentées. Par exemple, Van Peteghem veut harmoniser la TVA. Les institutions internationales et les experts nationaux plaident depuis un certain temps déjà pour un passage des taxes sur le travail aux taxes sur la consommation.

  • Il y aurait un taux de TVA harmonisé à 9% au lieu de 6 ou 12 %. Ainsi, certains produits deviendraient plus chers, d’autres moins chers. La TVA sur les rénovations, par exemple, passerait de 6 à 9%.
  • « Dans certains cas, la TVA serait réduite à 0%. Par exemple, les fruits et légumes », ajoute le ministre. « En outre, nous ne bricolerons pas la TVA sur le gaz et l’électricité. Elle restera à 6%. »

Autres réformes : Van Peteghem conclut que sa proposition est un premier pas vers une réforme fiscale de grande envergure. « Si nous ne parvenons pas à concrétiser cette proposition avec ce gouvernement, il faudra encore plusieurs années avant de pouvoir à nouveau travailler sur une réforme fiscale majeure », estime le ministre.

La proposition complète peut être lue ici.

(OD)

Plus
Array
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20